Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mort de Jacques Chirac

Mort de Jacques Chirac : les politiques des Pyrénées-Orientales se souviennent

-
Par , France Bleu Roussillon

Jacques Chirac est décédé ce jeudi 26 septembre à l'âge de 86 ans. L'ancien président de la République est venu plusieurs fois dans les Pyrénées-Orientales. Certains hommes politiques l'ont rencontré et se souviennent d'un homme bon vivant et chaleureux.

Jacques Chirac a été président de la République de 1995 à 2007.
Jacques Chirac a été président de la République de 1995 à 2007. © Maxppp - Maxppp

Paul Blanc, maire de Sournia, se souvient de Jacques Chirac le bon-vivant, et notamment d'une rencontre avec l'homme d'État en 1988 alors qu'il était venu faire campagne pour la présidentielle à Perpignan puis à Béziers : "Lorsqu'il est monté dans ma voiture, il m'a demandé si j'avais apporté à manger. Il avait une formule qui était peut-être terre-à-terre mais ô combien juste. Il disait : "Qand on est en campagne, il faut, à chaque fois que l'occasion se présente, en profiter pour pisser et manger un morceau." J'avais prévu quelques charcuteries catalanes dont il était particulièrement friand, il était ravi."

Paul Blanc aimait aussi l'homme politique  : "C'était un grand président, à la portée de tous. Il n'a pas fait tout ce qu'il aurait voulu. Je retiendrais la loi de 2005 sur l'égalité des chances pour les personnes en situation de handicap. Il avait poussé les ministres de l'époque à se lancer dans ce texte de loi. "

Un "charmeur"

Un homme chaleureux, c'est ce que retient André Bascou, maire de Rivesaltes : "C'était quelqu'un de très bienveillant, amical, à l'écoute des personnes. C'était un charmeur aussi. Lors d'un déplacement à Rivesaltes pour déposer une gerbe au pied de la statue du maréchal Joffre, il a été d'une gentillesse étonnante envers tout le monde."

Si Jean-Paul Alduy, ancien sénateur-maire de Perpignan, n'a pas toujours adhéré à ses décisions politiques, il a en revanche apprécié les qualités humaines de Jacques Chirac. "D'un point de vue personnel, je dirais que c'était un homme étonnant, chaleureux, attentionné, très agréable à vivre. Je me souviens quand je l'ai vu à Perpignan : il était avec Lionel Jospin, Premier ministre à l'époque, et le contraste était saisissant. D'un côté, c'était la statue du commandeur, rigide avec certes un peu d'humour, et de l'autre côté, un homme jovial qui vous embrassait."

Des décisions importantes pour le département

Claude Barate, ancien député RPR, a rencontré Jacques Chirac pour la première fois en 1973. Il a bénéficié de son soutien lors des élections législatives. S'il décrit l'ancien président de la République comme quelqu'un de pudique et humble, il se souvient aussi de quelques dossiers "locaux" sur lesquels Jacques Chirac est intervenu : "Je repense au barrage de Caramany dont il a permis le financement par des fonds européens, ou encore l'aide qu'il a apporté pour l'ouverture de la ligne TGV entre Barcelone et Perpignan."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess