Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

24h en Pays Basque : réactions après l'annonce du plan de déconfinement et l'interdiction d'accès aux plages

-
Par , France Bleu Pays Basque

Dans l'actualité de ces dernières 24 heures au Pays Basque : l'annonce du plan de déconfinement suscite beaucoup d'interrogations chez les chefs d'entreprise et commerçants et l'incompréhension des élus locaux puisque les plages resteront inaccessibles au moins jusqu'au 1er juin

La récap de l'actu en Pays Basque de ce mercredi 29 avril
La récap de l'actu en Pays Basque de ce mercredi 29 avril © Radio France - Céline Arnal & Paul Nicolaï

Le discours du Premier ministre à l'Assemblée Nationale était très attendu. Edouard Philippe a dessiné les contours du plan de déconfinement à partir du 11 mai : ouverture progressive et conditionnée des écoles puis des collèges, la réouverture de tous les commerces à condition de pouvoir respecter les règles de sécurité sanitaire, port du masque obligatoire dans les transports en commun. Le déconfinement sera différencié entre les départements "vert", où il sera appliqué largement, et "rouge", où il prendra une forme plus stricte. Pour le moment, les Pyrénées-Atlantiques devraient rester dans le vert puisque l'épidémie y est moindre avec cinq patients actuellement en réanimation dans les hôpitaux du département et pas de nouveaux cas de covid 19 enregistré ces dernières 24 heures.

Plages inaccessibles

L'accès aux plages restera interdit au moins jusqu'au premier juin. Une déception pour les élus locaux et les professionnels. "Je plaidais pour une réouverture des plages contrôlée et anticipée avant la saison", réagit Guillaume Barucq, médécin, surfeur et candidat à la mairie de Biarritz, "parce que c'est plus simple d'ouvrir les plages avant qu'il y ait du monde, que d'attendre début juin où l'on risque d'avoir des pics de chaleur et de fréquentation."

La Grande plage de Biarritz pendant le confinement
La Grande plage de Biarritz pendant le confinement © Radio France - Paul Nicolaï

Les élus des communes du littoral basques se réunissaient justement ce mardi en visioconférence avec le sous-préfet de Bayonne. Ils "prennent acte" de cette décision. Ils réfléchissent à mettre en place une réglementation commune sur toute la côte basque, pour éviter notamment des afflux trop importants.

Les entreprises dans l'incertitude

Concernant les commerces et entreprises, le Premier ministre a confirmé qu'ils pourraient rouvrir le 11 mai prochain à condition de respecter les mesures barrière. Ainsi, les masques seront obligatoires si la distanciation sociale d'un mètre ne peut être respectée au sein de l'entreprise. "Ils ne répondent pas à toutes les questions, loin de là", déplore cependant André Garreta, le président de la CCI Bayonne Pays basque, qui est lui-même à la tête d'une entreprise immobilière et travaille aussi avec le monde du tourisme. "S'il n'y a pas de masque, il n'y aura pas de reprise de travail", prévient de son côté Sébastien Carré, délégué général de la CPME 64, "car la responsabilité du chef d'entreprise est toujours engagée. Il doit tout mettre en place pour garantir la sécurité de ses salariés".

Hotels, bars et restaurants

Le gouvernement décidera à la fin du mois de mai le sort des cafés, restaurants et hotels. En attendant, ils devront garder portes closes au moins jusqu'au 2 juin. L’hôtellerie et la restauration sont des secteurs très impactés par cette pandémie : 9 établissements sur 10 sont fermés selon les chiffres de la DIRECCTE. Les saisonniers sont "doublement pénalisés par cette crise" dénonce Michel Larralde, secrétaire de la CFDT Pays Basque.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess