Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DOSSIER : Et maintenant on fait quoi ? Les débats de France Bleu Occitanie

DÉBAT VIDÉO - Crise du coronavirus : la voiture, outil idéal de l'après confinement ?

-
Par , France Bleu Occitanie

Et maintenant on fait quoi ? Chaque matin sur France Bleu Occitanie, nous imaginons le monde de demain. Ce lundi, Pierre Chasseray, délégué général de "40 millions d'automobilistes" et Jean-Michel Lattes, vice-président de Toulouse Métropole s'affrontent. Episode 1 : la voiture.

Un nouveau rendez-vous sur l'antenne de France Bleu Occitanie. Tous les matins à 7h45, nous organiserons un débat pour imaginer le monde après Coronavirus. Des changements dans nos habitudes ? L'impact sur le tourisme ou l'immobilier ? 

Ce lundi, notre premier épisode est dédié à la voiture. Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes et Jean-Michel Lattes, vice-président de Toulouse Métropole et président de Tisséo, répondent à nos questions. 

"Les transports en commun vont forcément être un peu boudés"

Pierre Chasseray estime qu'il faut travailler à "l'alchimie des moyens de transports". Le délégué général de 40 millions d'automobilistes imagine qu'il va falloir, pour les municipalités, "gérer un afflux de véhicules en ville, en centre-ville", que "les transports en commun vont forcément être un peu boudés", et que le co-voiturage risque de "faire un petit peu peur".

Jean-Michel Lattes, le président de Tisseo, précise d'emblée que "l'équipe municipale n'est pas anti-voiture". Le vice-président de Toulouse métropole en charge de Transports craint en revanche que "si tout le monde bascule sur la voiture, on se dirige vers une congestion", rappelant qu'il existe "plusieurs options", après la mise ne place par la municipalité d'un "urbanisme tactique".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess