Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

10.000 Franciliens ignorent qu'ils sont contaminés par le Sida

-
Par , France Bleu Paris

C'est un chiffre inquiétant : environ 10.000 Franciliens ignorent qu'ils ont contracté le virus du SIDA, ce qui les empêchent à la fois de se soigner et de protéger leurs partenaires. Les habitants d'Ile de France sont donc invités à se faire dépister. Ce sera gratuit dans les labos parisiens.

Le préservatif, meilleur arme contre le SIDA
Le préservatif, meilleur arme contre le SIDA © AFP

Paris, France

Près de 50 000 personnes résidant en Île-de-France sont suivies pour une infection à VIH et environ 2 650 nouvelles infections sont découvertes chaque année, un nombre qui ne diminue que très peu. On estime par ailleurs que près de 10 000 Franciliens vivent avec le virus sans le savoir,  et se privent d’un accès rapide à un traitement efficace. Plus de 28 % des personnes séropositives découvrent leur infection à un stade très avancé de la maladie.

La situation reste également préoccupante pour les infections sexuellement transmissibles (IST), en particulier chez les jeunes. Le nombre de diagnostics d’infection à Chlamydia et à gonocoque a par exemple été multiplié par 3 entre 2012 en 2016*. Enfin, un meilleur dépistage des hépatites, ciblé sur les populations les plus concernées, permettrait une meilleure prévention de la contamination des proches par la vaccination (pour l’hépatite B) et une meilleure prise en charge des malades grâce aux traitements maintenant disponibles contre le virus de l’hépatite C.

Une campagne régionale ciblée

L’Agence  Régionale de Santé lance donc une 1ère semaine régionale du dépistage du VIH, des IST et des hépatites, jusqu'au samedi 15  juin prochain.  Pour le Directeur général de l’ARS, Aurélien Rousseau, " Les campagnes nationales ne suffisent pas. L’épidémie résiste au niveau local, il faut donc agir localement, au plus près des populations les plus touchées».  Cette semaine régionale a pour objectif de : 

  • faire connaitre les enjeux du dépistage précoce et répété du VIH, des IST et des hépatites virales auprès du grand public ;
  • faciliter l’accès au dépistage des publics très exposés au risque d’IST et de ceux qui restent éloignés des dispositifs de dépistage mis en place ;
  • améliorer la visibilité des centres de dépistage ;
  • réduire les retards au dépistage du VIH, des IST et des hépatites virales.

Analyses gratuites dans tous les labos de Paris

Depuis le 3 juin, le Conseil régional d’Île-de-France diffuse dans tous les trains franciliens des messages d’information sur le  dépistage et diffuse sur ses espaces numériques des spots. Le conseil départemental de Seine-Saint-Denis et d’autres collectivités locales s’associent également à l’opération.  Et dès le 1er juillet, le VIH TEST est lancé : une offre de dépistage du VIH sans frais, sans ordonnance et sans rendez-vous dans tous les laboratoires d’analyses médicales de Paris. Porté par l’Assurance maladie et la Mairie de Paris dans le cadre du programme #PARISSANSSIDA, en partenariat avec l’ARS Île-de-France et l’URPS Biologistes, ce dispositif ouvert à tous doit faciliter et augmenter le recours au test VIH. Il est expérimenté pendant une période de 12 mois à Paris et dans les Alpes maritimes.