Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

10% des médecins limousins en burn out

-
Par , France Bleu Creuse, France Bleu Limousin
Limousin, France

Selon une enquête inédite concernant la souffrance des soignants en Limousin, 1 médecin sur 5 est en état d'épuisement professionnel et 1 sur 10 peut carrément être considéré comme présentant un burn out sévère. Les facteurs sont multiples et les risques de suicides non négligeables.

Selon une étude, 1 médecin limousin sur 10 présenterait un burn out sévère
Selon une étude, 1 médecin limousin sur 10 présenterait un burn out sévère © Maxppp - Sylvie CAMBON

Il y a trois ans, le conseil de l'ordre des médecins du Limousin a tiré la sonnette d'alarme concernant les suicides de médecins et réclamé une enquête pour connaitre l'ampleur du mal-être dans la profession. Les résultats dévoilés ce lundi confirment les craintes. Sur 2536 médecins en Limousin, 44% ont répondu aux 98 questions de cette enquête qui leur avait été adressée.  Le sentiment d'être personnellement menacé par le burn out est exprimé par un médecin sur cinq et selon un test de référence international, un sur 10 peut effectivement être considéré comme présentant un burn out complet.

Plusieurs facteurs pointés du doigt

L'observatoire de santé du Limousin, qui a mené cette enquête, relativise pour ne pas alarmer la population. "Globalement les médecins vont bien, explique son directeur Jean-Pierre Ferley, mais il y en a quand même 30% qui témoignent de signes de souffrance au travail". Un mal-être du à plusieurs facteurs : des semaines moyennes de 50 heures de travail, sans compter les gardes assurées souvent plusieurs fois par mois, des tâches administratives de plus en plus lourdes ou encore une relation qui évolue avec des patients de plus en plus exigeants, voire agressifs, violents ou procéduriers. Le difficile équilibre entre vie professionnelle et vie privée est aussi pointé du doigt, de même qu'un sentiment d'isolement professionnel, même en milieu hospitalier, et des difficultés relationnelles assez fréquentes avec la direction administrative voire avec la hiérarchie médicale.

De la lassitude à l'épuisement, voire au suicide

Tous ces facteurs aboutissent à une lassitude pour certains médecins qui en viennent parfois à douter de l'utilité de leur travail. Quant à ceux qui présentent un degré élevé d'épuisement professionnel ou un véritable burn out, il s'agit dans la plupart des cas de médecins généralistes ruraux, mais aussi de praticiens hospitaliers. L'issue peut-être dramatique car il y a un certain déni chez les professionnels de santé, comme le souligne le docteur Michel Barris, président du conseil régional de l'ordre des médecins : "Ils pensent que ce qui arrive aux autres ne peut pas leur arriver. Quand ils ont des doutes, ils ont tendance à minimiser les symptômes et souvent ils consultent quand c'est trop tard". Il y aurait ainsi un à deux suicides de médecins par an en Limousin. Et d'après l'étude qui vient d'être dévoilée, on estime qu'ils sont une quarantaine à avoir envisagé de passer à l'acte au cours des deux dernières années. 

Un diagnostic inquiétant mais peu de remèdes

Face à ces constats, l'ordre des médecins pointe la responsabilité des pouvoirs publics et des politiques décidées au niveau national. La loi santé, qui généralise notamment le tiers payant, risque encore d’aggraver les choses selon le président régional de l'ordre, qui espère que cette étude permettra aux décideurs d'intégrer cette souffrance et de réagir. En attendant, une association baptisée Mots, répond 24h /24 aux médecins en souffrance en Limousin. L'an dernier, elle a pris en charge 14 médecins en burn out sévère. Elle intervient aussi régulièrement en fac de médecine pour se faire connaitre et tenter de prévenir les risques de dérive chez les étudiants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess