Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

108 célébrités adressent une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour sauver l’hôpital

-
Par , France Bleu

Alors que le budget de la sécurité sociale présenté mercredi en conseil des ministres prévoit des restrictions budgétaires pour les hôpitaux, 108 personnalités réclament un plan d'urgence dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron publiée mercredi dans Le Parisien/Aujourd'hui en France.

 L’appel des 108 célébrités à Emmanuel Macron pour sauver l’hôpital.
L’appel des 108 célébrités à Emmanuel Macron pour sauver l’hôpital. © AFP - SEBASTIEN BOZON

Des comédiens, des humoristes, des chanteurs, des écrivains, 108 personnalités se mobilisent pour la défense de l'hôpital public. Vincent Lindon, Charlotte Gainsbourg, Florence Foresti, Thomas Piketty, ou encore Jacques Weber co-signent une lettre ouverte à Emmanuel Macron (publiée dans Le Parisien/Aujourd'hui en France). 

Les célébrités demandent plus de moyens :  plus de lits, des embauches et de meilleurs salaires pour le personnel hospitalier comme les urgentistes en grève depuis plus de six mois.

"M. Macron, vous verrez ce qu’est l’hôpital si un jour vous êtes malade"

Parmi les 108 signataires de cette lettre ouverte. Véronique Sanson. "Vous verrez ce qu’est l’hôpital  si un jour vous êtes malade monsieur Macron" dit la chanteuse dans Le Parisien/Aujourd'hui en France.  

Soignée pour un cancer de la gorge, elle a vu de près l'épuisement du personnel. Ces infirmières de nuit, encore présentes la journée suivante pour faire face au manque de personnel. Les médecins à bout de nerfs.

"Les _patients sont perdus, déboussolés_. Ils n'en peuvent plus d'être trimbalés, réduits à un organe malade ! C'est le foie de la chambre 32, le cœur de la 18, la hernie de la 212 qu'on soigne, nous disent-ils, l'écoute, l'humain n'y est plus" » se désole Marie Citrini, l'une des signataires qui défend les droits des patients à l'AP-HP. Elle qualifie de "vertigineuse" la déshumanisation en cours.

Le budget de la sécurité social 2020 met l’hôpital à la diète

Malgré ce nouveau cri d'alarme des personnalités qui fait écho à la grève depuis plus de six mois de la moitié des services d'urgences public, le budget de la sécurité sociale présenté mercredi en conseil des ministres va mettre l’hôpital à la diète.

Pas de coup pouce pour les hôpitaux même si une hausse de leur budget de 2,1 % soit 1,7 milliard est prévue. Mais elle n'est pas suffisante pour compenser l'augmentation des coûts (salaires, charges fixes…) de 3,5 à 4 %, soit autour de 3 milliards d'euros.

Il va donc manquer 800 millions explique Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France, FHF, qui représente un millier d'hôpitaux publics dans Le Parisien/Aujourd'hui en France.

750 millions pour les urgences sur trois ans ne suffiront pas

L'enveloppe de 750 millions programmé sur trois ans qui avait été annoncé en septembre par la ministre de la santé Agnès Buzyn pour désengorger les services des urgences est une goutte d'eau face au déficit des hôpitaux. 

Chaque année ce déficit est de de 600 millions d'euros. Ce qui continue à creuser la dette endémique de près de 30 milliards d'euros.

La lettre adressée à Emmanuel Macron publiée dans Le Parisien/ Aujourd'hui en France ce mercredi

M. le Président de la République Française

Palais de l’Elysée

55 rue du Faubourg-Saint-Honoré, 75008 Paris

« Monsieur le Président,

Le Grand débat que vous avez organisé a réclamé « plus de service public ». Il a mis au premier rang la Santé et l’Hôpital public.

Pourtant la situation sur le terrain est devenue réellement intenable : les difficultés d’accès aux soins s’accroissent, la qualité et la sécurité des soins se dégradent et nous observons l’épuisement et l’inquiétude des personnels hospitaliers.

Ces difficultés, les usagers de l’hôpital public les constatent tous les jours et en parlent dans les courriers qu’ils adressent aux directions hospitalières.

Des drames se produisent, touchant toutes les catégories professionnelles de l’hôpital mais également les patients. Ces pertes de chance liées au manque de moyens sont inacceptables. On ne peut plus, vous ne pouvez plus attendre de nouveaux drames pour mettre en œuvre un plan d’urgence pour sauver l’hôpital public.

Nous, usagers de la santé et citoyens, soutenons la demande des personnels hospitaliers d’un financement supplémentaire, nécessaire pour :

- Assurer l’ouverture de lits afin que les malades puissent être hospitalisés quand c’est nécessaire et qu’ils ne passent plus des heures voire des jours à attendre couchés sur des brancards ;

- Embaucher le personnel nécessaire dans tous les services pour assurer l’accueil, la sécurité, la qualité et la continuité des soins ;

- Revaloriser les salaires des personnels hospitaliers sachant que nous sommes en 26e position sur les 35 pays de l’OCDE pour le salaire des infirmières.

L’hôpital public a besoin de réformes mais aussi et surtout de moyens pour assurer ses missions dans des conditions acceptables pour les patients et pour les soignants.

Croyez, Monsieur le Président de la République, à notre meilleure considération. »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu