Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Besançon : 120 retraités manifestent pour une meilleure revalorisation de leurs pensions

-
Par , France Bleu Besançon

Six organisations syndicales de retraités se sont réunies ce mercredi 31 mars place Pasteur à Besançon (Doubs). En tête des revendications des 120 retraités présents, une hausse de leurs pensions, la prise en charge à 100 % des soins pour les personnes âgées en manque d'autonomie.

120 retraités ont manifesté ce mercredi 31 mars matin à Besançon. Six organisations syndicales ont répondu présentes pour réclamer une meilleure revalorisation de leurs pensions ainsi que l'augmentation de personnels et de lits dans les hôpitaux.
120 retraités ont manifesté ce mercredi 31 mars matin à Besançon. Six organisations syndicales ont répondu présentes pour réclamer une meilleure revalorisation de leurs pensions ainsi que l'augmentation de personnels et de lits dans les hôpitaux. © Radio France - Lucas Archassal

Ils ont manifesté dans toute la France ce mercredi 31 mars. Les retraités "dénoncent le mépris et la stigmatisation du gouvernement [à leur égard]". À Besançon (Doubs), ils étaient environ 120 ce matin à s'être réunis place Pasteur. Le cortège a ensuite pris la direction à partir de 11 heures de l'Ehpad de Bellevaux. Avec comme premier mot d'ordre : "Les retraités sont mal-traités, tous ensemble, sauvons nos pensions."

Six organisations syndicales (CGT, FO, FSU, Solidaires, LSR et Retraités de la fonction publique) se sont mobilisées afin de réclamer une meilleure revalorisation de leurs pensions. Le gouvernement leur a bien offert un coup de pouce en janvier dernier, +0,4 %. Insuffisant selon les retaités présents dans le cortège ce matin. 

Les retraités pestent contre la baisse de leur pouvoir d'achat

Pascale est retraitée depuis quelques mois, ancienne aide-soignante au CHU de Besançon. Depuis la fin de sa vie active, elle a perdu près de 500 euros : "Avec cette troisième vague, ça m'a traversé l'esprit de me réinscrire pour aider à l'hôpital." Et elle n'est pas seule, me dit-elle, "il y a des retraités qui font des petits boulots pour arrondir leurs fins de mois, du ménage, de l'aide à domicile." Pascale connaît un retraité de 75 ans qui n'a d'autres solutions que de distribuer des prospectus pour ne pas finir à zéro chaque fin de mois.

Autre signe de la baisse du pouvoir d'achat des retraités, toujours selon Pascale : "_On voit de plus en plus de retraités qui n'ont plus rien dans les Restos du coeur_. On a maintenant les deux extrêmes, les jeunes et les vieux qui viennent chercher de l'aide pour se fournir en provisions alimentaires."

Martine, ancienne professeure d'histoire, à la retraite depuis 15 ans, se situe parmi les plus privilégiées. Mais cela ne l'empêche pas de répondre présente à l'appel de l'intersyndicale pour dit-elle "être solidaire et refuser la réforme de la retraite par points". Et puis ce qui pousse cette retraitée de la fonction publique, c'est également "la solidarité inter-générationnelle". Martine nous explique : "Le gouvernement refuse le RSA pour les moins de 25 ans, ils sont donc obligés pour 46 % d'entre eux de travailler. J'ai une pensée aussi pour eux."

Les retraites et la Sécu, on s'est battus pour les gagner, on se battra pour les garder

Parmi les slogans visibles dans le cortège et les airs provocateurs chantonnés, plusieurs sont évocateurs de la détresse des retraités présents ce matin à Besançon. "Les retraités, OUI OUI OUI, les mal-traités NON NON NON, sauvons ensemble nos pensions". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess