Santé – Sciences

18 000 personnes souffrent du diabète en Côte-d'Or

Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne mardi 14 novembre 2017 à 15:40

20% de Côtes-d'Oriens souffrent de diabète sans le savoir
20% de Côtes-d'Oriens souffrent de diabète sans le savoir - @ Fotolia

Ce mardi 14 novembre 2017 c'était la journée mondiale du diabète. A Dijon l'Assurance Maladie et le CHU de Dijon en partenariat avec l'Association Française des Diabétiques de Bourgogne organisaient des dépistages, des conférences et des rencontres avec des médecins à la maison des associations.

Le diabète un ennemi "silencieux". Une maladie sous-diagnostiquée -environ 20% des diabétiques ignorent qu'ils le sont- qui toucherait 18 mille personnes en Côte-d'Or, 35 000 en Bourgogne-Franche-Comté, 3 millions en France et 422 millions à travers le monde! Une maladie dont la progression est l'une des plus importantes parmi les maladies chroniques surtout à partir de 40 ans. Si le suivi du diabète est crucial pour éviter les complications, il est également très important d'établir un diagnostic précoce. C'était tout l'intérêt de cette journée mondiale relayée chez nous à la maison des associations rue des Corroyeurs à Dijon.

La documentation de l'AFD de Côte-d'Or - Radio France
La documentation de l'AFD de Côte-d'Or © Radio France - Thomas Nougaillon

Détecter les signes avant-coureurs de la maladie

Parmi les personnes qui sont intervenues, le professeur Bruno Vergès, chef du service d'endocrinologie-diabétologie du CHU de Dijon. Son service a une grosse activité, il est même classé 9e service de France dans le dernier classement du Point et 4e en terme de notoriété. Le professeur Bruno Vergès, évoque les signes avant-coureurs de la maladie, ceux qui doivent amener à consulter de toute urgence. "Dans la forme la plus fréquente du diabète que l'on nomme le diabète de "Type II" les signes avant-coureurs sont, premièrement, les antécédents familiaux, deuxièmement, le surpoids et en particulier quand on commence à prendre du ventre, là le risque est important, voilà le genre de situations pour lesquelles il est important de rechercher un diabète" selon le praticien. Mais il existe un autre signe qui doit mettre en alerte. "Il concerne les femmes qui ont eu du diabète pendant leurs grossesses. Puisque le risque de développer un diabète par la suite est extrêmement élevé. Il est 9 fois supérieur à celui de la population normale".

Le professeur Bruno Vergès du CHU de Dijon

Le professeur Bruno Vergès - Aucun(e)
Le professeur Bruno Vergès - DR

30 minutes de marche ou de vélos chaque jour pour lutter contre le diabète

Philippe Raclet, 60 ans, est vice-président de l'AFD de Côte-d'Or. Son diabète de "Type II" a été dépisté récemment, en 2014. Sous insuline les 6 premiers mois. Il prend désormais un traitement oral -2 cachets le matin, 1 le soir- et malgré quelques "contreparties", il vit quasiment "normalement". "C'est tout d'abord une vérification très régulière de mon taux de glycémie. Parce qu'on peut faire des malaises d'hypoglycémie si on saute un repas par exemple". Philippe Raclet, s'astreint à une activité physique quotidienne. "Il faut ne pas prendre sa voiture pour acheter le pain ou le journal. Maintenant je laisse la voiture de plus en plus, je marche, je prendre le tram, le bus... Il faut savoir que les facteurs environnementaux sont très importants dans le diabète. Que ce soit la sédentarité, l'alimentation ou alors l'obésité" dit-il.

Philippe Raclet a appris qu'il était diabétique en 2014, malgré la maladie, il vit quasiment normalement mais...

Philippe Raclet  - Radio France
Philippe Raclet © Radio France - Thomas Nougaillon

Un peu de sucre sinon on devient "zinzin"!

Le diabète qui véhicule pourtant pas mal d'idées reçues. Comme par exemple: "fini les desserts et le sucre quand on est diabétique". Et à ce propos, Josiane Corcelle, présidente de l'AFD de Côte-d'Or nous raconte une histoire vraie, l'histoire de grand-père Laurent. "Dans mon village, un tout petit village de 150 habitants il y avait un papi qui était diabétique. "Diabétique" ça ne voulait rien dire pour nous. La seule chose qu'on savait, nous autres les enfants, c'est qu'il n'avait pas le droit de manger du sucre. Ce qui lui jouait sur la tête. A tel point qu'il a fini par se suicider. Le sucre, c'est toujours la question qui revient quand on dit qu'on est diabétique: "on n'a pas le droit d'en manger". Mais ce n'est pas vrai. On peut se faire un petit plaisir! Si on en tient compte dans notre ration alimentaire. Et d'ailleurs, heureusement! Sinon on deviendrait zinzins!"

Le diabète véhicule pas mal d'idées reçues notamment: "on n'a pas le droit de manger du sucre quand on est diabétique"... Josiane Corcelle, présidente de l'AFD de Côte-d'Or

Josiane Corcelle, présidente de l'AFD de Côte-d'Or - Radio France
Josiane Corcelle, présidente de l'AFD de Côte-d'Or © Radio France - Thomas Nougaillon

Il existe donc deux types de diabète

Le diabète de "Type I" qui concerne environ 6% des malades et qui est une maladie auto-immune. Et le diabète de "Type II", le plus fréquent. Il touche, surtout, les personnes de plus de 40 ans. Il est dû en général au surpoids, à une mauvaise alimentation et à un manque d'activité physique. Le diabète est une maladie chronique qu'on ne soigne pas mais que l'on peut traiter et contrôler. Elle est dû au pancréas qui ne produit plus assez d'insuline ou à l'organisme devenu incapable d'utiliser efficacement l'insuline produite. Il entraîne un taux éleve de sucre dans le sang que l'on nomme "hyperglycémie".

Prochaine journée sur le diabète, ce samedi 18 novembre 2018, à Venarey-Les-Laumes - Radio France
Prochaine journée sur le diabète, ce samedi 18 novembre 2018, à Venarey-Les-Laumes © Radio France - Thomas Nougaillon

Le diabète peut tuer

Le diabète occasionne 2 000 décès par an en Bourgogne-Franche-Comté. Pour en savoir plus sur cette maladie rendez-vous sur le site de l'assurances maladie "ameli.fr"

Une journée "diabète", ce samedi 18 novembre 2017, à Venarey-Les-Laumes

Si vous vivez dans la région de Venarey-Les-Laumes sâchez que ce samedi 18 novembre 2017, l'Agence Régionale de Santé et l'AFD de Bourgogne vous convient à une grande journée "vivre avec son diabète" de 8h30 à 17h30 salle du Pantographe, 1 avenue de la Gare.