Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

200.000 diabétiques dans le Nord-Pas-de-Calais : "je n'ai pas le droit, j'ai quand même mangé des frites"

mercredi 29 mars 2017 à 19:00 Par Clément Lacaton, France Bleu Nord

Le troisième rendez-vous le plus important au monde consacré au diabète, le congrès de la Société francophone du diabète, se tient jusqu'à vendredi à Lille. Témoignage d'une Nordiste présidente de l'association "Bien vivre avec son diabète", dans la région de France la plus touchée.

Michelle Heems a fondé l'association "Bien vivre avec son diabète" à Roncq (59) il y a 15 ans.
Michelle Heems a fondé l'association "Bien vivre avec son diabète" à Roncq (59) il y a 15 ans. © Radio France - Clément Lacaton

Lille, France

Notre région est la plus touchée : les Hauts-de-France et plus particulièrement le Nord et le Pas-de-Calais, où plus d'une personne sur 20 est diabétique (6% des adultes, en augmentation de 5% par an), soit environ 200.000 personnes selon les chiffres de l'Agence régionale de santé.

Le troisième rendez-vous le plus important au monde, le congrès de la Société francophone du diabète, se tient jusqu'à vendredi à Lille, présidé par le professeur Pierre Fontaine, chef du service de diabétologie du CHRU de Lille (l'invité de France Bleu Nord ce jeudi à 7h50).

Nous y avons rencontré une diabétique, Michelle Heems, présidente de l'association "Bien vivre avec son diabète" basée à Roncq (59). Elle nous raconte son quotidien.

Michelle Heems a fondé l'association "Bien vivre avec son diabète" à Roncq (59) il y a 15 ans. - Radio France
Michelle Heems a fondé l'association "Bien vivre avec son diabète" à Roncq (59) il y a 15 ans. © Radio France - Clément Lacaton

"On mange mal dans le Nord"

Il y a 20 ans, à 55 ans, quand on lui découvre un diabète de type 2, jamais Michelle n'aurait imaginé être là, parmi les plus grands spécialistes du diabète. A l'époque, elle décide d'aller consulter après plusieurs décès dans sa famille : "Frère, soeur, maman, tout le monde décédé suite au diabète". Ses enfants eux-aussi sont touchés par la maladie. Alors au quotidien il faut lutter contre son péché mignon : "On est dans le Nord, je n'ai pas le droit, j'ai quand même mangé des frites. On mange mal dans le Nord."

"Jetez donc la friteuse à la poubelle !"

Michelle donne donc quelques conseils aux diabétiques : "Jetez donc la friteuse à la poubelle ! Mangez comme tout le monde mais autrement". De petites quantités et pas mal de chou aussi, dit elle. Riche en fibres, il fait baisser la glycémie.

Michelle : "il faut bien se connaître"

Souvent on culpabilise les personnes diabétiques (...). Il faut se surveiller, se prendre en main. Depuis vingt ans, je n'ai pas d'ennuis secondaires."

Un mot clé : la régularité. Si son taux de glycémie dans le sang est trop haut, ce sera un verre d'eau, s'il est trop bas, un verre de... soda. "Souvent on culpabilise les personnes diabétiques en disant 'vous avez mangé de trop vous faites n'importe quoi, vous mangez des bonbons, du chocolat'... Eh bien non ! Non, il faut se surveiller, se prendre en main. Et depuis vingt ans, je n'ai pas d'ennuis secondaires." Autrement dit, pas de complications liées au diabète, le vrai problème de cette maladie nous explique le professeur Pierre Fontaine : "Un diabétique ne meurt pas parce qu'il est diabétique mais à cause de facteurs de risque, cardiovasculaires notamment".

"Parfois la nuit on ne peut plus se lever et c'est dangereux"

Aucun souci de ce côté là, Michelle est suivi de près par des spécialistes, mais parfois la nuit, sa maladie la sort du sommeil : "Alors on réveille le conjoint pour qu'on puisse se réalimenter, moi je ne sais plus bouger quand c'est comme ça. On ne peut plus se lever et c'est dangereux".

Michelle porte toujours sur elle sa pompe à insuline maintenant reliée sans fil à l'appareil de glycémie. Cet appareil lui change la vie en lui évitant cinq piqûres, elle qui doit déjà prendre sa glycémie six fois par jour.

Le diabète touche 3 millions et demi de personnes en France.

REPORTAGE FRANCE BLEU NORD/CLEMENT LACATON

  • Quelle différence entre les deux types de diabète ?

-Diabète de type 1 : absence de sécrétion d'insuline (hormone qui fait baisser le taux de sucre dans le sang) par le pancréas.

-Diabète de type 2 (90% des cas de diabète en France) : mauvaise utilisation de l’insuline par les cellules de l’organisme, devenues résistantes à l’insuline. Une résistance normale avec l’âge, mais aggravée par les situations de surpoids et d’obésité.