Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

200 emplois créés à Toulouse grâce à une nouvelle usine biopharmaceutique

-
Par , France Bleu Occitanie

Le groupe Evotec a choisi Toulouse pour sa future usine qui produira des médicaments d'origine biologique. Elle pourrait être opérationnelle d'ici 2023 et devrait permettre la création de 200 emplois.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Richard Villalon

200 emplois vont être créés à Toulouse grâce à une nouvelle usine de fabrication de médicaments du groupe Evotec. Elle sera implantée sur l'ancien site de Sanofi, au niveau de l'Oncopole. La construction doit commencer cet été, deuxième semestre 2021 et l'usine doit être opérationnelle en 2023 d'après les prévisions. Il s'agit d'une usine qui va produire non pas des médicaments d'origine chimique, mais des médicaments d'origine biologique.

Dominique Faure, vice-présidente à la métropole de Toulouse en charge de l'économie, de l'innovation et de l'emploi assure que c'est une excellente nouvelle : "C'est de la production de médicaments d'origine biologique. La plupart des médicaments aujourd'hui sont d'origine chimique. Evotec va mutualiser la production de biomédicaments. Les médicaments comme des vaccins par exemple, mais qui ont des souches biologiques, qui relèvent des sciences du vivant."

Cette nouvelle usine de 12.000 m² va fabriquer des médicaments essentiellement pour d'autres laboratoires. En tout, cela représente un investissement de 150 millions d'euros, dont un tiers sera apporté par l'État, la région Occitanie et Toulouse Métropole.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess