Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

200 postes vont être supprimés au Centre Hospitalier Public du Cotentin, dont 55 avant la fin 2019

-
Par , France Bleu Cotentin

La direction de l'hôpital a confirmé aux organisations syndicales sa feuille de route pour réduire le déficit financier du site. Les 55 premières suppressions de postes concerneront les infirmières et aides soignants du CHPC. Côté syndical, c'est la sidération.

Les syndicats du CHPC dénoncent les suppressions de postes à venir sur les sites de Cherbourg et Valognes
Les syndicats du CHPC dénoncent les suppressions de postes à venir sur les sites de Cherbourg et Valognes © Radio France - Frédérick Thiébot

Cherbourg, France

Le Ministère de la santé et l'ARS, l'agence régionale de santé ont demandé que 55 postes soient supprimés avant la fin de cette année. 

Par ailleurs, selon les syndicats, les arrêts maladies et congés maternité ne seront désormais plus remplacés.  

Pour l'intersyndicale CFDT, CGT, FA, FO, ce sont au total 70 postes qui vont disparaître dans les hôpitaux publics de Cherbourg et Valognes, principalement dans les services de médecine et de gériatrie (hors Ephad). 

Dans un premier temps, ce sont les postes d'infirmières et d'aides soignants qui seront supprimés. Puis ce seront une trentaine de postes de secrétaires médicales et agents administratifs.  

Selon les syndicats, si le CHPC ne respecte pas ces réductions d'effectifs, les investissements prévus comme la coronarographie pourraient être remis en cause.  

A partir du mois de juin, le CHPC repasse d'ailleurs en COPERMO, c'est à dire un comité interministériel qui pilote les investissements hospitaliers et vise à l'amélioration de la performance des établissements de santé.  

L'intersyndicale estime que ces décisions auront de graves conséquences pour la qualité des soins et feront courir des risques sanitaires aux patients.