Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Tuberculose : 220 étudiants en droit de Poitiers convoqués à un examen médical

mardi 15 mai 2018 à 17:01 Par Baudouin Calenge, France Bleu Poitou et France Bleu

C'est la découverte d'un cas de tuberculose chez une élève de première année de la faculté de droit de Poitiers qui a provoqué cet examen massif. Ses voisins de cours viennent de recevoir un mail les invitant à faire une radio des poumons et un test cutané.

la recherche de la présence de la tuberculose dans les poumons
la recherche de la présence de la tuberculose dans les poumons © Maxppp - Clementz Michel

Poitiers

Deux-cent-vingt étudiants de droit sont convoqués à un examen médical à Poitiers. Sont concernés tous les étudiants du groupe B de première année de droit, ceux avec lesquelles l'étudiante malade a potentiellement pu être en contact ces dernières semaines. C'est le protocole classique, explique rassurant le docteur Letarnec, directeur de la médecine préventive de l’université de Poitiers. Ces étudiants sont donc invités à réaliser rapidement une radio des poumons et un test dermatologique.

Rien d'alarmant 

Ce double examen suffit à déceler l'éventuelle présence de la tuberculose. Cette maladie n'est pas très contagieuse, rappelle le docteur Letarnec qui se veut rassurant. D'ailleurs, la médecine préventive a choisi d'attendre la fin des examens qui se terminaient la semaine dernière avant d'envoyer ce mail aux étudiants concernés par ces examens. "On ne voulait pas les inquiéter inutilement à ce moment là", ajoute le directeur de la médecine préventive. Aux étudiants maintenant de réaliser ces examens qui seront intégralement remboursés.