Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

300 personnes atteintes de la maladie de Lyme attaquent les autorités sanitaires en justice

-
Par , , France Bleu Alsace
Alsace, France

Une plainte collective de malades de lyme sera déposée en janvier contre les autorités sanitaires pour dénoncer un manque de fiabilité du test, mais aussi les liens présentés comme trop étroits entre les autorités sanitaires et les laboratoires pharmaceutiques.

Manifestation de patients à Strasbourg en novembre 2017 pour réclamer un meilleur dépistage et une meilleure prise en charge de la maladie de Lyme.
Manifestation de patients à Strasbourg en novembre 2017 pour réclamer un meilleur dépistage et une meilleure prise en charge de la maladie de Lyme. © Maxppp -

La plainte sera déposée au mois de janvier: 300 patients atteints de la maladie de Lyme se sont regroupés pour attaquer le centre national de référence, l'Etat et l'agence nationale de sécurité du médicament. Une plainte pour trafic d'influence, abus de biens sociaux, ou mise en danger de la vie d'autrui.

Les malades expliquent que le test utilisé en France pour dépister la maladie de Lyme n'est pas fiable. "Depuis des années, la maladie de Lyme a fait l'objet d'une forme de déni", explique Julien Fouray, l'un des deux avocats des 300 malades qui s'apprêtent à porter plainte. "Et encore aujourd'hui elle ne bénéficie pas de la prise en charge qu'exige ce scandale sanitaire."

La maladie de Lyme pose la question de la consanguinité entre les autorités sanitaires et les principaux acteurs économiques du système de santé en France" - Julien Fouray, avocat de malades.

Les malades reprochent aussi aux autorités sanitaires d'entretenir des liens trop étroits avec l'industrie pharmaceutique. "Un certains nombres d'éléments nous laissent à penser qu'en réalité des conflits d'intérêts, la préservation d'un certain nombre de lobbies pharmaceutiques sont à l'origine du retard de la prise en compte de la maladie de Lyme," souligne Julien Fouray.

Les responsables des autorités sanitaires, comme le Strasbourgeois Benoît Jaulhac, du centre national de référence, sont aussi visés. "Vous avez un certain nombre de représentants ou de responsables des autorités sanitaires, au plus haut niveau qui ont manifestement contribué à retarder l'émergence de la maladie de Lyme et de sa prise en charge, parce qu'ils entendaient protéger leurs propres intérêts et les intérêts de ceux qui les rémunèrent et avec lesquels ils collaborent étroitement," estime Julien Fouray. "La maladie de Lyme pose très clairement la question de la consanguinité qui existe entre les autorités sanitaires ou en tous cas une partie de ces représentants, et les principaux acteurs économiques du système de santé en France."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess