Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : ce que l'on sait sur le foyer à l'abattoir Tradival à Fleury-les-Aubrais

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Orléans, France Bleu, France Bleu Touraine

Samedi 16 mai, 34 cas de contamination au coronavirus ont été détectés parmi les salariés et prestataires de l'abattoir Tradival à Fleury-les-Aubrais (Loiret). Que sait-on aujourd'hui dimanche 17 mai ?

La conférence de presse donnée par la préfecture du Loiret
La conférence de presse donnée par la préfecture du Loiret © Radio France - Anne Oger

Trente-quatre cas détectés de contamination au coronavirus ont été détectés à l'abattoir Tradival de Fleury-les-Aubrais (Loiret). Des salariés de l'entreprise mais aussi de deux sociétés prestataires, travaillant à l'atelier de découpe de l'abattoir. La Direction régionale des entreprises de la consommation de la concurrence du travail et des emplois (Direccte) a été mobilisée pour contrôler les conditions de travail du personnel, notamment les modalités de la désinfection des locaux notamment. 

Activités suspendues pour une semaine chez Tradival

Le préfet du Loiret, Pierre Pouëssel, a tenu une conférence de presse ce dimanche en fin de matinée, entouré de Laurent Habert, directeur général de l'agence régionale de santé en Centre Val-de-Loire, et Marie-Agnès Linguet, maire de Fleury-les-Aubrais. Le préfet annone que les activités de Tradival sont suspendues pour une semaine. Le travail devrait reprendre le lundi 25 mai prochain si les conditions sanitaires sont respectées. 

Les conditions de détection

Le signalement d'origine vient de l'application "Contact Covid", un outil dans lequel les professionnels de santé enregistrent des informations. L'ARS et l'Assurance maladie ont été informées. 

Deux premiers signalements ont eu lieu le 13 mai et un troisième le 14 mai. L'ARS est ensuite allée sur place, avec une équipe mobile de dépistage. D'autres cas on alors été signalés, dont au moins trois antérieurs au 11 mai. 

En tout 84 personnes ont été testées vendredi 15 mai, 22 personnes ont été testées positives soit 34 cas en tout au sein de l'atelier de découpe. L'ensemble des salariés de l'entreprise vont désormais être testées. Le dépistage va être organisé avec une équipe mobile du Centre Hospitalier Régional d'Orléans. 

Le profil des personnes contaminées

Aucun cas parmi les salariés contaminés n'est grave. Ils habitent en majorité la métropole d'Orléans, seules deux personnes habitent hors du Loiret. Ils vont faire l'objet d'un suivi médical. Pour chaque cas confirmé, les cas contacts seront cherchés dans l'environnement familial ou amical. Ceux-ci seront mis eux aussi en quatorzaine. Chaque personne compte autour d'elle une quinzaine de cas contacts. Les tests réalisés seront du type PCR.

L'avenir de l'abattoir 

La réouverture de l'abattoir le lundi 25 mai est conditionnée à l'examen mené par la Direccte dans l'établissement. Un protocole de sécurité, avec par exemple prise de température à l'entrée de l'entreprise, devra être mis en place.  Une enquête va être menée sur le respect des gestes barrières. A priori selon la DRH, les salariés portaient bien des masques et avaient du gel hydroalcoolique à disposition. L'intégralité des personnes de l'entreprise (300 personnes) sera dépistée lundi et mardi. 

La situation dans la ville de Fleury et dans le Loiret

La maire de Fleury-les-Aubrais Marie-Agnès Linguet va étudier la question de la réouverture des écoles et des collèges lundi 18 mai. "Il n'y aura pas de décisions parfaites", affirme-t-elle. Le Loiret ne passera pas en zone rouge pour autant, car ses capacités d'accueil en réanimation ne sont pas saturée. Il a par ailleurs la capacité de tester largement. Le département a une capacité de 1200 prélèvements par jour.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu