Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

6.800 limousins se sont faits vacciner contre la grippe par un pharmacien cet hiver

vendredi 26 janvier 2018 à 10:26 Par Nathalie Col, France Bleu Limousin

Alors que la campagne de vaccination contre la grippe touche à sa fin, le syndicat des pharmaciens de la Haute-Vienne tire un bilan positif de l'expérimentation menée en Nouvelle-Aquitaine. Ils avaient le droit de vacciner et le succès semble être au rendez-vous.

Cet hiver, les pharmaciens de Nouvelle-Aquitaine peuvent administrer le vaccin contre la grippe directement dans leurs officines
Cet hiver, les pharmaciens de Nouvelle-Aquitaine peuvent administrer le vaccin contre la grippe directement dans leurs officines © Radio France - Nathalie Col

Limoges, France

La Nouvelle-Aquitaine fait partie des deux régions qui ont expérimenté la vaccination contre la grippe par les pharmaciens cet hiver et ces derniers en tirent un bilan positif. "C'est un succès évident" commente Jean Cathalifaud, le président du syndicat des pharmaciens de la Haute Vienne. En Nouvelle-Aquitaine, 55.000 personnes ont choisi de subir l'injection dans les officines, dont 6.800 pour l'ex-Limousin.   

Ce changement s'est fait sur la base du volontariat. Les pharmaciens intéressés ont du suivre une formation, sous le contrôle de l'agence régionale de santé, avant d'avoir le droit de faire la fameuse piqûre. "Il a fallu se former, s'organiser et mettre rapidement en place quelque chose de totalement nouveau mais toute la profession a été prête en octobre" commente Jean Cathalifaud. Selon lui, les pharmaciens de la Haute-Vienne sont particulièrement représentés parmi les professionnels qui se sont lancés. Pour lui c'est "une fierté".  

Une démarche plus simple pour les patients

Selon le président du syndicat des pharmaciens de la Haute-Vienne, il y avait une attente des clients et le succès de la démarche s'explique par sa simplicité. "Pour eux, venir chez nous c'était plus rapide. Mais les médecins et infirmières font ça très bien aussi" ajoute Jean Cathalifaud, conscient que ces professionnels ne voient pas forcément la mesure d'un bon œil. _"_On ne fait pas ça pour vacciner à leur place, on le fait pour vacciner en plus. J'espère que c'est ce qui ressortira de cette expérimentation qui doit durer trois ans." Pour l'instant, seules les personnes déjà vaccinées peuvent faire l'injection chez leur pharmacien. "Pour une première vaccination ça reste une décision médicale" souligne encore Jean Cathalifaud. En attendant de savoir si le dispositif sera - à terme - élargi à d'autres régions ou d'autres publics, il estime que "même auprès des pharmaciens qui n'étaient pas très chauds au départ, le bilan est plutôt positif."  

Réécouter l'interview du président du syndicat des-pharmaciens de la Haute-Vienne