Santé – Sciences

Soixante ans de combat contre le cancer dans les Alpes-Maritimes

Par Lisa Melia, France Bleu Azur samedi 16 janvier 2016 à 8:22

La Ligue contre le cancer des Alpes-Maritime fête ses 60 ans
La Ligue contre le cancer des Alpes-Maritime fête ses 60 ans © Maxppp

La Ligue contre le cancer des Alpes-Maritimes fête son 60e anniversaire. L’occasion de revenir sur six décennies de combat.

1957. Près de 40 ans après sa grande sœur nationale, l’antenne azuréenne de la Ligue contre le cancer voit le jour dans les Alpes-Maritimes. A l’époque, on ne guérit qu'un cancer sur trois. Les chirurgies sont plus invasives, les thérapies sont plus violentes et laissent davantage de séquelles.

"Pour une femme qui souffrait d’un cancer du sein, il fallait irradier tout le sein et tuer les cellules saines comme les cellules cancéreuses. Aujourd’hui, nous sommes capables de cibler très précisément et de détruire les cellules malades en préservant les cellules saines." (Maurice Schneider, cancérologue et président de la Ligue dans les Alpes-Maritimes)

Le progrès ne s’arrête pas là. Chirurgie robotisée de moins en moins invasive. Thérapies par comprimés qui permettent aux malades de rester chez eux plutôt que de se déplacer à l’hôpital. Evolution de la génomique, pour une meilleure anticipation des cancers. En soixante ans, les avancées de la recherche sont considérables. Au point qu’aujourd’hui, un cancer sur deux se termine par une guérison. « Pas juste une rémission, précise Maurice Schneider. Une véritable guérison. »

Sport et droit à l’oubli

Mais le combat est loin d’être terminé. D’abord, la prévention reste capitale. La recherche nous a appris, par exemple, que le sport jouait un rôle primordial dans le processus de guérison et de prévention, en particulier pour éviter les rechutes. C’est pour ça que la Ligue contre le cancer a demandé à l’athlète Stéphane Diagana d’être son parrain. Cette année, la Ligue s’associe au rallye des gazelles et au semi-marathon de Nice pour sensibiliser sur le lien entre activité physique et lutte contre le cancer.

Stéphane Diagana, parrain de la Ligue contre le cancer

Au-delà de la médecine, il y a aussi des combats pour la vie quotidienne des malades et des guéris du cancer. « Le cancer ne doit pas rester un stigmate », insiste Gérard van den Bulcke, directeur du comité des Alpes-Maritimes de la Ligue.

La controversée Loi Santé de Marisol Touraine a été saluée par les associations, parce qu’elle consacre le "droit à l’oubli", une mesure demandée depuis 15 ans pour que les anciens malades du cancer ne payent pas leur passé médical lorsqu’ils demandent un prêt à la banque ou essaient de contracter une assurance.

Gérard van den Bulcke, directeur du comité des Alpes-Maritime de la Ligue

« On progresse, apprécie Gérard van den Bulcke, mais il reste encore beaucoup de travail. » En 2016, un malade du cancer décède des suites de sa maladie toutes les quatre minutes. Toutes les deux minutes, un homme ou une femme apprend qu’il est atteint par la maladie. 

La Ligue contre le cancer des Alpes-Maritimes fête donc ses 60 ans, mais elle est loin de pouvoir prendre sa retraite.

Partager sur :