Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

8 parents sur 10 s’inquiètent de la qualité de l’air autour des écoles

-
Par , France Bleu

Selon un sondage BVA pour la Ligue contre le Cancer, 78% des parents sont préoccupés par la mauvaise qualité de l’air autour des établissements où sont scolarisés leurs enfants. Bon nombre de parents se disent prêts à réduire la place de la voiture à proximité des écoles.

Image d'illustration.
Image d'illustration. © Maxppp - Fred Haslin

8 parents sur 10 sont préoccupés par la mauvaise qualité de l’air autour des écoles de leurs enfants, dévoile un sondage BVA pour la Ligue contre le Cancer, publié ce jeudi à l'occasion de la journée nationale pour la qualité de l'air. Si une majorité admet toujours prendre la voiture pour emmener ses enfants à l’école, une bonne part se dit prête à changer de mode de transports. Une large majorité de parents se dit notamment favorable à l'instauration de "rues scolaires", où la circulation des véhicules est restreinte en période de cours. 

Très préoccupés par la qualité de l'air

Il ressort de l’enquête que 78% des parents estiment que la qualité de l’air est préoccupante auprès des établissements de leurs enfants. Seuls 45 % la jugent satisfaisante et 5% très satisfaisante. En outre, 7 parents sur 10 estiment que les politiques publiques en faveur de la qualité de l’air ne sont pas assez efficaces. 

La voiture reste reine

Si les parents remarquent en moyenne que le trafic est dense autour des établissements de leurs enfants (ils l’évaluent à 6,5 sur une échelle de 0 à 10, 10 signifiant un trafic très dense), la voiture reste le moyen de transport le plus utilisé pour déposer les bambins en classe. 55% des parents disent l’utiliser pour les trajets vers l’école, même si elle n’est qu’à 500 mètres du domicile pour un quart d’entre eux. Un tiers des parents déposent leurs enfants à pied, et 2% seulement à vélo. 

La grande majorité des parents est prête à réduire ses trajets en voiture. Près de 90% des parents interrogés se déclarent par exemple favorables à l’extension des « rues scolaires », ou le fait de fermer les rues aux abords des écoles aux voitures aux heures de passage des enfants. Une question de sécurité pour une grande majorité d’entre eux (68% la cite comme un avantage à sa mise en place), mais 31% estiment aussi que ça améliorerait l’environnement, et l’air que respirent leurs enfants. 6 parents interrogés sur 10 estiment même que les autorités doivent légiférer en la matière. 

Enquête réalisée entre le 6 et le 17 juillet 2021 en ligne en métropole et par téléphone en outremer, auprès de respectivement 1080 et 150 parents d’enfants de 3 à 10 ans. Echantillon par quotas représentatif de la population de référence selon le de
Enquête réalisée entre le 6 et le 17 juillet 2021 en ligne en métropole et par téléphone en outremer, auprès de respectivement 1080 et 150 parents d’enfants de 3 à 10 ans. Echantillon par quotas représentatif de la population de référence selon le de - Ligue contre le cancer / BVA

Une méconnaissance globale des parents

Enfin l’étude pointe globalement un manque de connaissance des parents sur la qualité de l’air que respirent leurs enfants quand ils s’approchent de l’école. Seuls 47 % estiment avoir une information suffisante. Si beaucoup font facilement le lien entre pollution et maladies respiratoires, ils sont moins nombreux à connaitre le rapport de cause à effet de la pollution avec d’autres pathologies telles que les cancers, l’obésité, ou encore les maladies cardio-vasculaires.  

L'enquête a été réalisée par téléphone en juillet dernier auprès de 1.230 parents de Métropole et des Outremers et dont les enfants ont entre 3 et 10 ans. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess