Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

A Belle-Île-en-Mer, l'inquiétude avant la mise en place du pass sanitaire dans les bars et les restaurants

-
Par , France Bleu Armorique

Si le pass sanitaire ne sera pas demandé pour prendre le bateaux en direction des îles du Morbihan, il le faudra pour entrer dans les bars, les restaurants et les cafés dès le 1er août. Certains professionnels de Belle-île préfèrent l'instauration du pass sanitaire obligatoire pour venir sur l'île.

Pour le moment, le pass sanitaire n'est pas nécessaire pour se rendre à Belle-île
Pour le moment, le pass sanitaire n'est pas nécessaire pour se rendre à Belle-île © Radio France - Maureen Suignard

"Le pass sanitaire sera une obligation, ce ne sera pas négociable", explique la gérante du camping l'Océan de Belle-île. Il y a quelques jours, elle a reçu les dernières consignes de la part de la Fédération de l'Hôtellerie de Plein Air : le pass sanitaire sera obligatoire à partir de 18 ans pour venir au camping dès le 1er août et celui-ci sera demandé dès l'arrivée des voyageurs. Ce pass permet de prouver une vaccination complète, un test négatif de moins de 48 heure ou l'immunisation après avoir contracté la maladie. "On a envoyé un mail à nos clients, on reçoit beaucoup d'appels.  Ceux qui ne veulent pas le présenter, tant pis pour eux", conclut la gérante qui précise ne pas avoir eu d'annulation pour le moment. 

Les gérants des bars, des cafés, des restaurants auront aussi l'obligation de contrôler ce pass à partir du mois d'août, sous peine de sanction. Une mesure gouvernementale qui inquiète particulièrement Audrey, la patronne du petit Clapot. " Je trouve ça dégueulasse qu'on nous demande de faire appliquer cette loi qui est déjà très difficile. Je ne sais même pas comment je vais la mettre en place", souffle-t-elle. La fatigue est la même du côté du restaurant le Poisson Rouge. "Evidemment que l'on va demander aux gens si ils veulent bien nous présenter leur truc mais moi je ne vais pas faire le garde du corps à l'entrée de ma terrasse alors qu'ils vont tous être serviette contre serviette sur la plage !" s’exclame Jean-Pierre Marec. 

Un pass sanitaire pour venir à Belle-île ? 

Face à la difficulté de contrôler le pass sanitaire, certains professionnels du tourisme pose donc une question : pourquoi ne pas demander le pass sanitaire avant d'embarquer pour Belle-île ? Le patron du Poisson Rouge y est favorable. "Vous mettez un grand centre de vaccination sur le parking à Quiberon. Tous les gens qui viennent à Belle-île, ou ils sont vaccinés ou ils ne passent pas. Chacun est libre et celui qui ne veut pas se vacciner, il ne vient pas à Belle-île, il ne contamine pas les autres", précise Jean-Pierre Marec. La question est d'autant plus importante que les capacités de vaccination et de tests sur l'île sont pour le moment très limitées alors même que la population augmente fortement pendant la période estivale. 

Il y a quelques mois, les différents maires de l'île ont évoqué l'hypothèse de l'instauration de ce pass sanitaire avant d'embarquer mais la mesure n'a pas été retenue. "Dans l'état actuel des choses, cela me paraît compliqué", estime le maire de Palais, Tibault Grollemund. "On pourrait imaginer Belle-île, une zone "free covid" ce qui serait formidable, mais il y a énormément de travailleurs qui empruntent le bateau tous les jours, ou bien des Bellilois qui vont se faire soigner sur le continent alors la question est comment faire pour que cela ne soit pas discriminatoire ?" ajoute le maire qui n'exclut pas complètement l'idée si la situation sanitaire se dégrade. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess