Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

A Bourges "Tous les patients n'ont pas besoin d'un médecin traitant" explique le docteur Walter Lanotte

-
Par , France Bleu Berry

A Bourges près de 25.000 patients n'ont plus de médecins traitants. Pour faire face à la pénurie la communauté professionnelle territoriale de santé de Bourges réorganise l'accès aux soins et prévoit clairement que certains patients se passent de ses médecins traitants.

L'hôpital de Bourges, d'après un classement des urgentistes de France, est l'un des services d'urgences les plus engorgés de France
L'hôpital de Bourges, d'après un classement des urgentistes de France, est l'un des services d'urgences les plus engorgés de France © Radio France - Michel Benoit

Réserver les médecins traitants aux personnes âgées, en affection de longue durée ou porteuses de plusieurs pathologies c'est le plan de la communauté professionnelle territoriale de santé de Bourges pour faire face à la terrible pénurie de médecins que subit le Berry.  Pour le président de la CPTS Walter Lanotte, "Parmi tous ces patients, tous n'ont pas besoin d'avoir de médecins traitants car beaucoup d'entre eux sont des personnes jeunes et en bonne santé qui peuvent tout à fait consulter un médecin et pouvoir bénéficier de soins sans être pénalisé pour autant de ne pas avoir de médecins traitants."

La pénurie de médecins n'est pas forcément alarmante estime le Dr Lanotte à condition d'avoir une bonne organisation. "Compte tenu de la démographie médicale le nombre de patients sans médecins va s'accroître mais il ne faut pas s'en alarmer les cas qui seront le plus en nécessité d'être pris en charge seront examinés au cas par cas."

Élaborer un vrai parcours de soins

"Jusqu'à présent les patients dans un contexte d'abondance médicale avaient pris l’habitude de consulter quand ils le souhaitaient sans anticiper forcément. Parfois, maintenant, on se retrouve dans l'impossibilité de consulter notamment parce qu'ils s'y prennent au dernier moment, ils n'ont pas anticipé  je pense notamment à des renouvellements, des certificats médicaux". Le Dr Lanotte en appelle donc au civisme en attendant des jours meilleurs "Il faut pour les patients prendre leurs précautions, anticiper et se limiter dans les demandes. [...] L'activité [médicale] à été multiplié par 2 ces 20 dernières années et va encore s’accroître dans les années à venir avant de revenir à un niveau normal d'ici une dizaine d'années."

Appeler le 15 

Les autorités sanitaires le martèlent depuis plusieurs années ! Le 15 doit être la porte d'entrée de la plupart des cas d'urgence !  Passer par les médecins régulateurs du SAMU permet de répondre au mieux à la demande et d'éviter à la fois des attentes pénibles pour les patients et des engorgements de services d'urgences pour des soins qui ne relèvent pas de leur compétence 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu