Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

À Carpentras, masque obligatoire sur le marché de plein air

-
Par , France Bleu Vaucluse

Le maire de Carpentras (Vaucluse), Serge Andrieu, rend le port du masque obligatoire sur les marchés des mardi-vendredi et la brocante du dimanche. Il estime que les lieux sont bondés, même en plein air et que les distances de sécurité ne peuvent plus être respectées. Les habitants sont partagés.

Le marché du vendredi à Carpentras
Le marché du vendredi à Carpentras © Radio France - Philippe Paupert

La ville de Carpentras rend le masque obligatoire dans des lieux extérieurs : le marché du mardi et vendredi et la brocante du dimanche. Le maire, Serge Andrieu, juge ces endroits trop fréquentés, surtout depuis le début de l'été. Les distances de sécurité ne peuvent plus y être respectées. L'arrêté municipal vient d'être signé et entrera en vigueur ce vendredi 24 juillet. D'autres villes, dans des zones également touristiques, en ont pris du même genre : Argelès-sur-Mer, Concarneau ou La Rochelle. 

"On est libres de faire ce qu'on veut, non ?" Une habitante de Carpentras 

Dans les rues de Carpentras, l'accueil est hétérogène. Jordan y est entièrement favorable : "Il y a trop de monde en ce moment ! Mais ce qui est abusé, c'est l'amende de 135 euros, parce que l'accès aux masques n'est pas le même pour tous." À l'inverse, Monica est une farouche opposante : "On est un pays de libertés ! On est libres de faire ce qu'on veut, non ? C'est mon problème si j'attrape le coronavirus." 

Nouvelle mission pour la police municipale 

Serge Andrieu a rencontré des médecins de ville et tous ont appuyé cette décision. "Franchement, rester une heure ou deux avec le masque, qu'est-ce-que ça peut faire ? Je ne comprends pas cet argument de la liberté", explique le maire. 

Lui n'est pas favorable à une période de tolérance. Il laisse la responsabilité du dialogue avec les contrevenants à la police municipale, chargée de dresser les amendes. Par ailleurs, 1.000 masques vont être distribués par le CCAS et les associations, pour les foyers les plus précaires.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess