Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A cause de la Covid, les femmes se font moins dépister pour le cancer du sein

Octobre rose débute ce jeudi, avec une crainte : que le nombre de cancers du sein non dépistés explose. Une association vient de se créer à Quimper pour accompagner les malades.

Octobre Rose Cancer Du Sein
Octobre Rose Cancer Du Sein © Radio France - Servane Estarellas

Combien ne se feront pas dépister cette année ? Avec la crise de la Covid, les spécialistes se rendent compte que de nombreuses femmes ont fait une croix sur la mammographie cette année : "Il y a beaucoup moins de femmes qui se sont faites dépister alors que le taux de réponse est déjà de 50%, ce qui est trop peu", remarque Carine Foucher, chirurgien-gynécologue. "Ces dépistages, ce sont des mammographies que l'on reçoit à partir de 50 et jusqu'à 75 ans. C'est comme une ordonnance pour aller chez le radiologue."

Moins de dépistages

La crainte de la Covid s'ajoute à l'appréhension de l'examen et du résultat. Et pourtant : "La mammographie n'est pas toujours très agréable mais les machines ont évolué et la douleur est désormais quasi inexistante." Le dépistage, c'est aussi à la maison : _"_On apprend aux femmes à faire des autopalpations et on conseille un examen mammaire une fois par an auprès de leurs gynéco ou sages-femmes."

Taux de survie à 95% à cinq ans si le cancer est dépisté à temps

Alors faire une croix sur le dépistage ? Surtout pas ! Une femme sur huit aura au cours de sa vie un cancer du sein : "C'est le cancer le plus fréquent chez la femme et celui qui se guérit le mieux avec un taux de survie de 95% à cinq ans". Oui, mais "cela dépend du dépistage".

Et il y a du nouveau, l'association Kemper Institut du sein (à la polyclinique Quimper sud) : "L'association a pour but d'améliorer la coordination du parcours de soin des patientes", précise Carine Foucher, qui la préside. "On s'est rendu compte que pendant le diagnostic, le traitement et l'après-traitement, il y avait un manque de coordination, d'accompagnement. Il faut avoir quelqu'un avec soi. Il faut expliquer, accompagner, soutenir, jalonner le parcours avec des aides paramédicales, des soins de support (des kinés, des infirmières)".

Certains événements annulés

En ce 1er octobre débute Octobre rose, un mois de sensibilisation au dépistage du cancer du sein. Un mois marqué par les annulations des événements qui venaient à récolter de l'argent. Derniers en date, les courses Kemper'Ose et la Lorientaise.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess