Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

A Dijon, le cancer se traite aussi par le yoga et la gymnastique

lundi 23 avril 2018 à 18:00 Par Laurine Benjebria, France Bleu Bourgogne

La prise en charge du cancer, ça passe aussi par l'activité physique, la nutrition ou encore la réflexologie. C'est ce qu'on appelle les soins de support. Pour les faire connaître, l'AFSOS fait un tour de France et s'est arrêtée ce lundi au Centre Georges François Leclerc de Dijon.

Parmi les ateliers ce lundi, l'accompagnement des enfants de parents malades
Parmi les ateliers ce lundi, l'accompagnement des enfants de parents malades © Radio France - Laurine Benjebria

Dijon, France

Les soins de support sont méconnus par les patients et les professionnels de la santé. L'AFSOS (Association Francophone des Soins Oncologiques de Support) a donc décidé de mener une campagne d'information, un tour de France. Le "Supporters Tour" a fait étape à Dijon ce lundi.

Patients, accompagnants et personnel du Centre Georges François Leclerc ont pu rencontrer des psychologues ou encore des diététiciennes lors de plusieurs ateliers sur ces soins de support.

Améliorer la qualité de vie des malades

Au programme donc ce lundi, des ateliers autour de "conseils et astuces pour bien manger", "comment gérer sa fatigue au quotidien" ou encore de "l'accompagnement psychologique des enfants de parents malades".

"Les soins de support sont primordiaux parce qu'ils vont permettre aux patients de mieux vivre sans traiter", Dr Gilles Truc

Tout au long de son traitement et même après, le patient peut être suivi par des spécialistes de la douleur, des kinésithérapeutes, des diététiciens,  des orthophonistes mais aussi des assistantes sociales. Le cancer est alors compris dans sa globalité, le traitement n'est pas que médicinal. Des socio-esthéticiennes peuvent par exemple aider les patients à se réapproprier leur corps : elles vont faire des ateliers pour apprendre aux malades à nouer un foulard, à savoir se maquiller en fonction des effets secondaires des traitements comme les rougeurs, etc. 

Docteure Dorlean et Docteur Truc, du Centre Georges François Leclerc à Dijon - Radio France
Docteure Dorlean et Docteur Truc, du Centre Georges François Leclerc à Dijon © Radio France - Laurine Benjebria

Au Centre Georges François Leclerc, un hôpital de jour spécialisé dans les soins de support a été mis en place : le patient vient une demie journée au centre pour rencontrer ces intervenants, ce qui lui permet de régler sur un temps court les problèmes les plus importants selon le docteur Gilles Truc, oncologue radiothérapeute et directeur de la patientèle au Centre dijonnais. 

3 idées reçues sur l'accompagnement des malades avec le Docteur Gilles Truc

Valérie Rodière présente le programme "Gym'après Cancer" - Radio France
Valérie Rodière présente le programme "Gym'après Cancer" © Radio France - Laurine Benjebria

Un programme d'activités physiques en Côte d'Or

Parmi les soins de support proposés au CGFL, une activité physique adaptée. C'est le programme "Gym'après cancer". Pendant 36 semaines, les personnes atteintes d'un cancer font du stretching, du renforcement musculaire et de la marche, à raison de 3 séances d'une heure par semaine. Et c'est ce qui intéresse notamment Nicole.

"Ca m'intéresse vraiment dans la mesure où la gym adaptée va aller avec l'évolution de mon état physique", Nicole

A 66 ans, elle a commencé cet avril son traitement de chimiothérapie et sent déjà les effets secondaires, tels que la fatigue et les nausées. Alors, pouvoir avoir des cours de yoga, de méditation et des activités sportives adaptées à sa condition, ça la réjouit. 

Nicole, atteinte d'un cancer du sein, s'intéresse tout particulièrement au yoga et à la gymnastique adaptée

Ces cours sont adaptés à chaque patient, à chaque maladie et traitement. Avant de commencer, chaque personne réalise des tests de mise en forme et peut à tout moment parler des ces problèmes. "Si c'est une personne qui a été opérée d'un cancer du sein, qui a des difficultés à bouger son bras, on va beaucoup travailler sur la souplesse du bras, faire des balancés, des rotations" explique Valérie Rodière, responsable du programme Gym'après cancer en Côte d'Or.

Valérie Rodière, responsable du programme Gym'après cancer en Côte d'Or

Ces séances de Gym'après cancer ont lieu dans deux communes de Côte d'Or, à Marsannay la Côte et à Genlis.