Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : dans certaines écoles des P.O, il faut maintenant cracher pour être testé

-
Par , France Bleu Roussillon

Les premiers tests salivaires ont été effectués ce vendredi 5 mars dans trois écoles des Pyrénées-Orientales. Près de 600 élèves des écoles Jean Zay-Marie Curie à Perpignan, Jean Clerc à Prades et Joseph Cortada à Saint-Laurent-de-la-Salanque ont du cracher dans un gobelet pour être testés.

Arrivée des tests salivaires dans les écoles (illustration)
Arrivée des tests salivaires dans les écoles (illustration) © Maxppp - R Brunel

La campagne des tests salivaires contre le Covid-19 dans les écoles a commencé vendredi 5 mars dans les Pyrénées-Orientales. Trois écoles pilotes ont été sélectionnées : l'école Jean Zay-Marie Curie à Perpignan, l'école Jean Clerc à Prades et l'école Joseph Cortada à Saint-Laurent-de-la-Salanque. 

Environ 250 élèves de l'école Jean Zay-Marie Curie à Perpignan se sont adonnés au test salivaire ce vendredi 5 mars. Inédit, ils ont du apprendre à cracher, alors que l'acte est habituellement interdit dans la cour de l'établissement. 

Au début tu as un peu honte, mais quand tu vois les autres le faire, tu es plus courageux.

La plupart des enfants ont du s'y reprendre à plusieurs reprises pour qu'il y ait assez de salive à tester. "C'est dégueulasse" avoue une fillette plutôt réticente à l'exercice. "Mais c'est pour la bonne cause" explique son camarade de classe, "c'est pour voir si on a le Covid-19"

Laborantins, médecins et infirmières scolaires invitent chaque élève à s'asseoir sur une chaise dans l'un des bureaux du bâtiment administratif de l'école transformé en véritable salle de laboratoire. Ils incitent les enfants à mâcher "comme si tu avais un Chewing-gum". Les flacons sont aussitôt emportés au laboratoire pour analyses. 

Environ 250 prélèvements ont été effectués à l'école Jean Zay-Marie Curie à Perpignan
Environ 250 prélèvements ont été effectués à l'école Jean Zay-Marie Curie à Perpignan © Radio France - Anne-Natacha Bouillon

C'est un vrai défi d'organisation

Les trois laboratoires du département ont disposé de deux jours seulement pour organiser ces tests salivaires. Le docteur Benoit Marnet a supervisé l'opération à l'école Jean Zay-Marie Curie de Perpignan. "Evidemment que c'est la course. Pour nous les tests salivaires c'est nouveau, et il a fallu les adapter aux enfants."

Au total, 600 tests ont été effectués dans les  trois écoles en cette fin de semaine. Les résultats seront rendus en 24 heures. En cas de test positif, c'est le médecin de l'inspection d'académie qui prévient les parents. L'enfant devra alors rester à l'isolement. 

Ces élèves seront testés une deuxième fois dans quinze jours. L'inspection d'académie va privilégier les auto-tests. Chaque élève emportera un flacon à la maison le soir. Il le ramènera à l'école le lendemain matin avec sa salive. Il faudra bien sûr l'accord des parents. Le test est plus fiable quand les personnes sont à jeun. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess