Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

A l'hôpital de Laval, le plan blanc est levé mais pas les inquiétudes

-
Par , France Bleu Mayenne

Un plan blanc déclenché le 6 novembre puis levé le 7, un CHSCT extraordinaire le 8 novembre après un droit d'alerte de la CGT... L'hôpital de Laval est toujours sous tension à cause d'un manque de lits. Il y a du mieux mais tout n'est pas réglé pour syndicats et personnels.

Il y a une centaine de passages par jour aux urgences du centre hospitalier de Laval.
Il y a une centaine de passages par jour aux urgences du centre hospitalier de Laval. © Radio France - Aurore Richard

Laval, France

Un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail extraordinaire s'est réuni ce vendredi 8 novembre à l'hôpital de Laval, après le droit d'alerte émis par le syndicat CGT. Selon le syndicat, les urgences manquent de lits, de matériel, de personnel et c'est récurrent depuis plusieurs mois.  

Le plan blanc a justement été déclenché par la direction de l'hôpital dans l'après-midi de ce 6 novembre parce qu'il n'y avait plus de lits disponibles. Il y a eu plus d'hospitalisations et moins de sorties donc cela a coincé selon la direction. Ce plan est prévu pour répondre à une situation exceptionnelle, comme une épidémie mais il a été levé dès le lendemain.  

Des patients qui dorment dans les couloirs des urgences

En tout cas, cela n'empêche pas personnels et syndicats de s'inquiéter. Le manque de lits, Marie, infirmière aux urgences, doit faire avec depuis des mois et c'était encore le cas en ce début novembre. "Le dimanche soir, on nous a prévenus que les gens allaient dormir sur un brancard, voire des lits s'ils avaient un peu de chance, mais des lits dans le couloir des urgences", décrit cette infirmière, au CH de Laval depuis 17 ans. 

Selon elle, il y a sept ou huit patients qui dorment dans les couloirs chaque soir. C'est là aussi qu'elle a installé un matelas à air, de façon à avoir un lit en plus. 

Le collectif inter-urgences de Laval est en grève depuis le mois de juin.  - Radio France
Le collectif inter-urgences de Laval est en grève depuis le mois de juin. © Radio France - Aurore Richard

Cette situation alerte Meriem El Hamdaoui de la CGT, elle a peur que cela empire. "L'hiver va être difficile, on sait qu'on va avoir des grippes, des épidémies de gastro. Mais l'été aussi a été difficile donc maintenant, on sait que tous les jours, ça va être dur", prévoit-elle. Le CHSCT du 8 novembre est loin d'avoir répondu à ses attentes : 

On nous dit qu'on nous comprend, que les solutions vont venir. On nous parle de déménagement, de ré-ouverture de lits-tampons. On nous dit qu'ils essaient de faire le maximum, ce que je pense être sincère mais pas suffisant. On attend des ouvertures de lits. 

Malgré tout, pour la direction, le plan blanc a un peu réglé le problème. Des opérations ont été repoussées, des patients ont aussi été dirigés vers la polyclinique, de façon à libérer des lits. 

Des solutions sont également en train d'être mises en place par le directeur de l'hôpital, André Gwénaël Pors. "On va remettre en place une cellule d'ordonnancement des lits. On a trouvé une infirmière très experte qui va se positionner début janvier et elle va gérer les lits en permanence, et il faudra une deuxième personne", indique le directeur. 

Un service de médecine post-urgences

Un service de médecine polyvalente avec des médecins généralistes et spécialistes va également être créé d'ici le mois de juin. Autre projet : une plateforme entre ville et hôpital pour que le médecin traitant puisse appeler directement le médecin spécialiste à l'hôpital, lancer une hospitalisation et donc, éviter un passage par la case urgences.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu