Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

À l'hôpital de Perpignan, les enfants partent au bloc en voiturette

vendredi 28 septembre 2018 à 6:06 Par Baptiste Guiet, France Bleu Roussillon

Depuis quelques jours, des voiturettes électriques ont remplacé les brancards pour les enfants malades à l'hôpital de Perpignan. Objectif : dédramatiser les opérations chirurgicales et déstresser les petits patients.

- Laure Salellas

Perpignan, France

On peut croiser désormais un 4X4 noir et une Ferrari rouge dans les couloirs du service de chirurgie ambulatoire de l'hôpital de Perpignan. Ces deux voiturettes électriques ont été offertes par l'association Proj'aides mais cela faisait près d'un an que l'hôpital souhaitait s'équiper de ces jouets à plusieurs centaines d'euros l'unité.

Désormais chaque enfant peut effectuer les quelques 200 mètres qui sépare sa chambre du bloc opératoire au volant d'un de ces bolides. "Il adorent !", raconte Carole Parra l'une des aides soignantes. Les parents et les enfants partent plus détendus en salle d'opération. Il y a vraiment moins de pleurs. C'est une super idée !"

Une arrivée au bloc plus détendue

"C'est vraiment très important aussi pour le corps médical, explique Fabienne Cutzach, cadre de santé. On peut travailler de façon sereine avec l'enfant grâce au jeu. C'est plus agréable de discuter autour d'une voiturette que d'un médicament."

Ces voiturettes peuvent aussi avoir un effet direct sur l'acte médical lui-même, confirme Christine Gas, chef du service de chirurgie ambulatoire : "Quand un enfant arrive au bloc plus détendu, la dose d’anesthésiant nécessaire est beaucoup plus faible. Et le réveil est ensuite beaucoup plus facile."

Devant le succès de ces voiturettes, l’hôpital envisage désormais d’étendre le dispositif au service de pédiatrie.