Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A La Rochelle, un pollinarium pour détecter et anticiper les allergies

-
Par , France Bleu La Rochelle
La Rochelle, France

Un rapport, publié ce mardi à l'occasion de la journée française de l'allergie, révèle qu'un quart de la population française souffre d'allergies respiratoires. A La Rochelle, depuis janvier, les végétaux qui produisent du pollen sont scrutés pour anticiper l'épidémie.

Julien Le Marcis, le directeur du centre horticole, montre la pollinisation des graminées, qui vient à peine de débuter.
Julien Le Marcis, le directeur du centre horticole, montre la pollinisation des graminées, qui vient à peine de débuter. © Radio France - Thomas Coignac

Ce jardin, c'est un peu l'enfer des allergiques. Au sol, des bacs, avec des dizaines de graminées, et autour, une dizaine d'arbres. Le pollinarium "sentinelle" de La Rochelle, le quinzième de France, actif depuis janvier, a une mission : observer les pollens, et prévoir les allergies. Un enjeu majeur, à l'heure où un quart de la population française souffre d'allergie respiratoire. 

Alors, pendant plusieurs mois, les équipes de la mairie de La Rochelle, de l'Atmo (fédération des Associations de surveillance de la qualité de l'air) et de l'Agence régionale de santé ont patrouillé autour de La Rochelle. 

"Nous avons eu une liste donnée par des médecins allergologues, explique Julien Le Marcis, le directeur du centre horticole. Elle listait des plantes et des arbres allergènes, que nous avons récoltés, dans un rayon de 25 kilomètres autour de La Rochelle. Et nous les avons plantés ici". 

Un petit coin des serres municipales de La Rochelle accueille donc ce pollinarium. Et à la mi-mars, les noisetiers ont déjà terminé leur période d'émission de pollen, c'est la période du saule. Dans les allées, les agents collecteurs, comme Éliane, repèrent la période d'émission de chaque arbre.  "J'ai déjà observé du pollen sur les graminées hier (lundi), quinze jours plus tôt que l'an dernier, détaille-t-elle. Là, pour le saule, on voit à l’œil lorsqu'il produit du pollen, et au toucher, en effleurant les fleurs".   

Jean-Baptiste et Éliane, agents collecteurs, observent les évolutions des végétaux.
Jean-Baptiste et Éliane, agents collecteurs, observent les évolutions des végétaux. © Radio France - Thomas Coignac

Et Éliane devrait continuer d'observer du pollen de plus en plus tôt. Ce mardi, à l’occasion de la journée française de l’allergie, un rapport inquiétant a été publié par l'Atmo, le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) et l'Association des pollinariums sentinelles de France (APSF). 20 pages qui expliquent que le "réchauffement climatique va conduire à une augmentation des quantités de pollen". 

A lire aussi : Davantage de pollens et probablement plus d’allergies avec le réchauffement climatique

Les allergiques peuvent être prévenus par une newsletter 

Lorsque les agents collecteurs observent cette pollinisation, ils donnent l'alerte, sur un logiciel, Si-Pollin, en précisant quelle espèce est en cours d’émission. Une information qui doit encore être validée par des médecins allergologues locaux et le réseau des 15 pollinariums "sentinelle". L'Atmo répercute ensuite l'information aux allergiques inscrits à la newsletter, www.alertepollens.org.

L'avantage d'un pollinarium, c'est qu'il permet de déclencher l'alerte plus tôt […].Et d'utiliser des traitements plus doux"

"Les personnes inscrites à cette newsletter reçoivent une alerte, qui les informe que la période des graminées a débuté. L'avantage d'un pollinarium, c'est qu'il permet de la déclencher environ deux semaines plus tôt qu'avec des détecteurs de pollen, illustre Julien Le Marcis. Et les patients peuvent utiliser des traitements plus doux, comme par exemple l’homéopathie".  

Les résultats collectés, Julien Le Marcis les transmet à l'ATMO via un logiciel.
Les résultats collectés, Julien Le Marcis les transmet à l'ATMO via un logiciel. © Radio France - Thomas Coignac

Seulement une quarantaine de personnes, à proximité de La Rochelle, sont pour l’instant inscrites à la newsletter. Mais la mairie promet qu'elle va communiquer pour en attirer d'autres. Et espère que le lancement d'une application, plus intuitive, en juin, aidera à une augmentation des allergiques inscrits.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu