Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

À Laval des lycéens apprennent à être de bons patients

mercredi 22 novembre 2017 à 18:10 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne

Près de 80 lycéens mayennais ont participé ce mercredi, à la polyclinique du Maine de Laval, à la troisième édition de la journée régionale de l'hospitalisation privée. Objectif : mieux cerner le rôles des personnels de santé et avoir aussi certains réflexes de bonne conduite en tant que patient.

Des lycéens autour d'un faux patient pour le jeu des sept erreurs
Des lycéens autour d'un faux patient pour le jeu des sept erreurs © Radio France - Martin Cotta

Laval, France

Ils étaient près de 80 élèves des lycées Robert Schuman Château-Gontier et Haute-Follis de Laval à participer à cette matinée de sensibilisation, au rez-de-chaussée de la polyclinique du Maine. L'objectif pour ces adolescents était de mieux cerner la difficulté des personnels de santé dans un hôpital ou une polyclinique. Qu'ils aient aussi certains réflexes de bonne conduite en tant que patient en cas d'hospitalisation. Ce mercredi, ils ont également pu apprendre des gestes d'urgence dans la polyclinique du Maine et entrer dans ... la chambre des erreurs.

"Une attention constante envers le patient"

Une dizaine de lycéens entourent un brancard et sont à l'écoute d'Alexandra Charbonnier chargée de la prévention des risques à la polyclinique du Maine. Le but c'est de repérer les erreurs sur le mannequin allongé, avant son entrée en bloc opératoire. Les élèves ont donc cinq minutes pas plus pour repérer les erreurs. Le patient porte une bague par exemple, et c'est interdit. Le désinfectant est périmé. La perfusion n'a pas été mise aussi à la poubelle. À ce petit jeu-là, c'est Chloé, en terminale au lycée Haute-Follis de Laval, qui se montre la plus rigoureuse. "J'aimerai devenir infirmière-anesthésiste au SMUR. J'ai déjà eu des formations dans le secourisme qui m'ont permis de repérer les erreurs à ne pas faire, lors de l'arrivée d'un patient par exemple" explique la jeune fille.

Le jeu des sept erreurs permet aussi d'éduquer ces adolescents en tant que futures patient d'après Alexandra Charbonnier chargée de la prévention des risques à la polyclinique du Maine. "C'est aussi d'impliquer le patient dans sa prise en charge. Qu'il comprenne pourquoi on va lui demander son identité. Pourquoi on va lui demander sa carte d'identité à l'entrée et pas seulement la carte vitale ? Pourquoi on a pas le droit de porter de bague à l'entrée du bloc opératoire ?" explique cette professionnelle. Les lycéens ont terminé leur matinée par un atelier d'addictologie sur un sujet qui les concerne encore plus : la cigarette. Cette opération avait également pour but de susciter des vocations chez nos lycéens d'après le directeur de la polyclinique du Maine.

"La pénurie de médecins je ne la comprend pas" explique le directeur de la polyclinique du Maine Federico Scannapieco