Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

À Marseille, du rugby pour mieux lutter contre le cancer

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

L'Institut Paoli-Calmettes et le Rugby Club Stade Phocéen, viennent de lancer à Marseille une nouvelle section : du rugby "sans contact violent", destiné d'abord aux femmes qui luttent conter le cancer.

Michèle, atteinte d'un cancer, battante dans la vie comme sur le terrain
Michèle, atteinte d'un cancer, battante dans la vie comme sur le terrain © Radio France - Tony Selliez

Marseille, France

Le sport, et encore plus le rugby, comme thérapie.. le sport santé...  C'est le choix de certaines patientes atteintes d'un cancer, et c'est tout nouveau à Marseille. Le fruit d'un partenariat entre l'IPC, l'institut Paoli-Calmettes -centre de prise en charge globale du cancer- et le Rugby Club Stade Phocéen dans le 11e arrondissement. Cette nouvelle section est d'abord destinée aux femmes, pour leur redonner confiance, et moralement et physiquement.

"On voulait associer le rugby et ses valeurs à des gens qui peuvent avoir à traverser des moments difficiles, comme la maladie, et en particulier le cancer" Augustin Marie, président du Rugby Club Stade Phocéen

Augustin Marie, président du Rugby Club Stade Phocéen - Radio France
Augustin Marie, président du Rugby Club Stade Phocéen © Radio France - Tony Selliez

Ces femmes se retrouvent ainsi sur le terrain chaque mardi soir dans le 11e arrondissement de Marseille, pour jouer un rugby sans contact violent. "c'est du rugby à toucher, qui se joue normalement à cinq contre cinq, explique l'entraîneur Ludovic Chaix, formé à la pratique du sport adapté. Il n'y a pas de contact, on se touche juste légèrement à deux mains. Et dès que le porteur du ballon est touché, il pose le ballon, et quelqu'un vient prendre le relais. Donc c'est surtout du plaisir, on court et on s'amuse beaucoup." La 2e séance vient d'avoir lieu cette semaine.

"Ce que ces femmes gagnent à venir avec nous ? De la confiance en soi, beaucoup de confiance en soi. Et le fait d'être en groupe, socialement de rencontrer beaucoup de monde." Ludovic Chaix, l'entraîneur

Les séances mêlent à la fois des patientes et du personnel de l'IPC, l'institut Paoli-Calmettes - Radio France
Les séances mêlent à la fois des patientes et du personnel de l'IPC, l'institut Paoli-Calmettes © Radio France - Tony Selliez

La genèse du projet vient en fait de Toulouse. A l'Oncopole, des patientes traitées pour des cancers sont ainsi invitées à jouer au rugby depuis 2015. "C'est une action créée à Toulouse, reconnaît Augustin Marie. On n'a rien inventé. On s'en est inspiré. On veut suivre leur exemple. (..) A Toulouse, c'est impressionnant. On voit des gens qui étaient malades il y a 3 ans, qui ne le sont plus et qui en rencontrent d'autres qui sont en plein traitement ou en rémission.. et quand certaines ne vont pas bien, les autres les motivent pour venir s'entraîner. Il n'y a que des battantes!"

Parmi les premières patientes à avoir franchi le pas : Michèle, 51 ans. Elle a subi 2 opérations en un an, la dernière il y a seulement un mois. Et elle enchaîne les séances. Michèle avait arrêté le sport, elle s'y est remise dès que sa maladie a été détectée : "ça fait du bien physiquement, psychiquement, c'est stimulant, explique-t-elle. De toute façon, ça a été le point de départ. Dès que j'ai commencé le traitement, je me suis remise au sport." De la natation, du vélo, mais aussi depuis la semaine dernière donc le rugby à Marseille. 

'"On fait le plein d'énergie. Dès qu'on fait du sport, la fatigue disparaît, on a envie de plein de choses et on avance encore plus vite". Michèle, patiente et aussi première sur le terrain le mardi soir

Qu'en pensent les médecins ? Quels sont leurs retours d'expérience ? Il n'y a pas de certitude scientifique proprement dit, mais des convictions. L'IPC espère élargir sa base de données, pour mieux appréhender la question.

"On n'a pas d'étude qui démontre qu'on va guérir avec le sport. Evidemment. Mais le sport, comme beaucoup d'autres choses, va participer à améliorer le pronostic d'une pathologie ; à la fois sur le plan physique, sur le plan nutritionnel et sur le plan psychologique. Ce sont 3 éléments majeurs dans la prise en charge de patients,. en particulier de patients pris en charge pour des cancers." Eric Lambaudie chirurgien oncologue à l'IPC, l'institut Paoli-Calmettes à Marseille.

Parmi eux également, des joueurs plus chevronnés, mais aussi des débutants, des personnes qui avaient arrêté le sport depuis 5 voire 10 ans - Radio France
Parmi eux également, des joueurs plus chevronnés, mais aussi des débutants, des personnes qui avaient arrêté le sport depuis 5 voire 10 ans © Radio France - Tony Selliez

Le rugby pour mieux lutter contre le cancer- Reportage Tony Selliez