Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Montpellier, des collégiens nommés pour leur court-métrage sur le protoxyde d'azote

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Ce vendredi 28 mai, 16 élèves en 3ème au collège Les Escholiers de la Mosson défendent "Danger hilarant" au Festival international de film de prévention de La Rochelle.

Présentation du court-métrage "Danger hilarant" en présence du maire de Montpellier
Présentation du court-métrage "Danger hilarant" en présence du maire de Montpellier © Radio France - Valentin BERTRAND

Tout est parti d'un tragique accident de la route. Deux jeunes, originaires de la Mosson à Montpellier, se sont tués après avoir inhalé du protoxyde d'azote. Pour sensibiliser leurs pairs aux risques engendrés par ce gaz hilarant – issu des bombes de chantilly – 16 volontaires du collège Les Escholiers de la Mosson ont réalisé le court-métrage "Danger hilarant"

Un spot qui n'est pas passé inaperçu. Il concourt ce vendredi 28 mai au festival international du film de prévention (FestiPrev) de La Rochelle. C'est en quelque sorte le festival de Cannes du genre. D'où l'impatience grandissante des élèves de 3ème, à l'image de Myriam, 15 ans.

"On stresse un peu. Mais on se dit qu'on a fait tout ce qu'on pouvait et on espère gagner, pas juste pour la victoire, mais pour faire passer notre message" - Myriam

Farah (à gauche), Myriam (au centre) et Yassine (à droite)
Farah (à gauche), Myriam (au centre) et Yassine (à droite) © Radio France - Valentin BERTRAND

Pour Myriam, le plus important est de parler de ce gaz encore méconnu d'une majorité de parents.

"Certes ça fait oublier, mais ce n'est que passager. Sauf que les répercussions sont importantes. C'est encore nouveau, il n'y a aucun moyen préventif. On essaie donc, à travers ce court-métrage, de stopper ça."

Participer à ce projet a aussi permis aux adolescents de se forger une opinion sur cette nouvelle drogue. Voire "d'évoluer", comme Farah, 16 ans.

"Je voyais comme tout le monde les capsules par terre, ça m'interrogeait. J'ai compris que c'était une sorte de gaz hilarant mais je n'en connaissais pas les conséquences. Pour moi, c'était comme de l'hélium, on le prend et on rigole. Mais avec les flyers qu'on a reçus pour produire cette vidéo, j'ai commencé à être sensibilisée sur le sujet et je n'utiliserai jamais ça."

Farah (16 ans) a "évolué" sur sa vision du "proto"

Elle est également persuadée qu'un court-métrage est plus percutant qu'un message officiel.

"Je pense qu'une vidéo des jeunes qui parlent aux jeunes c'est beaucoup plus fort car ça touche davantage le public concerné."

Montrer un autre visage de la jeunesse

Pour réaliser leur projet, les 16 apprentis-acteurs ont été épaulés par le réalisateur Alex Boston. Habitué au travail avec les adolescents, il a particulièrement soigné la bande originale pour capter le jeune public. Et pour Abdou Bayou, le CPE du collège qui a supervisé les ateliers, c'est une "grande joie" de découvrir le rendu final. 

"Je suis très fier quand je vois le travail et les efforts que ça a demandé aux élèves. Surtout des élèves qu'on dit de quartier difficile. Mais il y a aussi du bien dans ces quartiers. Il y a des talents, des jeunes qui s'engagent et ont envie d'apporter à leur ville" - Abdou Bayou

Abdou Bayou est "très fier" du travail accompli par ses élèves
Abdou Bayou est "très fier" du travail accompli par ses élèves © Radio France - Valentin BERTRAND

Reportage de Valentin BERTRAND

Pour découvrir et soutenir "Danger hilarant", rendez-vous entre 14 heures et 16 heures sur la page Facebook FestiPREV 2021.

Et quoiqu'il arrive, le spot tournera dans les collèges et lycées de Montpellier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess