Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

A Rennes, une journée d'information pour les femmes atteintes d'un cancer du sein

samedi 18 novembre 2017 à 17:03 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Armorique

Plusieurs associations ont organisé ce samedi une journée d'information sur la reconstruction après le cancer du sein : entre débats avec des professionnels de santé et stands présentant des activités sportives adaptées, l'objectif est d'accompagner les patientes.

Mylène et Stéphanie ont toutes deux eu un cancer du sein. Elles font désormais partie de l'association Roses en baie pour s'entraider dans leur reconstruction
Mylène et Stéphanie ont toutes deux eu un cancer du sein. Elles font désormais partie de l'association Roses en baie pour s'entraider dans leur reconstruction © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Rennes, France

Les conférences s’enchaînent dans l'auditorium de la chambre de commerce et de l'artisanat de Rennes. Y sont évoqués la reconstruction psychologique après le cancer, mais aussi les différentes méthodes de reconstruction mammaire, de la prothèse au tatouage. Dans la salle adjacente, une dizaine d'associations et de commerçants ont installé leurs stands pour présenter leurs actions.

Les clés pour se reconstruire physiquement

Après un cancer du sein, il faut d'abord reprendre un rythme de vie normal. Après un an d'arrêt de travail et cinq ans de traitement à base d'hormone après son opération, Mylène a des séquelles physiques sérieuses : "lorsqu'on est opérée d'un cancer du sein, même sans ablation complète, on a des cicatrices qui peuvent parfois être douloureuses, explique-t-elle. Et surtout, c'est difficile de bouger le bras au début, il faut vraiment faire des exercices". C'est ce qu'elle s'astreint à faire avec l'association Roses en baie dont elle est membre, qui propose des activités sportives comme de la danse pour réhabituer le haut du corps à faire des efforts musculaires. Sur un autre stand, une association propose quant à elle de l'escrime : "cela fait travailler le bras, explique Mylène, et cela permet de dérouiller cette partie du corps en quelque sorte".

D'autant que même une fois leur cancer soigné, certaines patientes sont affaiblies par les traitements qu'elles doivent prendre pour éviter une récidive. "Certains traitements déclenchent une sorte de fausse ménopause, avec des bouffées de chaleur", ajoute Stéphanie, qui s'est faite opérer en 2012 d'un double cancer dans le même sein.

Se remettre d'aplomb mentalement

Pourtant, les séquelles physiques ne sont pas forcément le plus difficile à gérer. "Pendant mon année de soins, avec toutes les interventions chirurgicales et les rendez-vous médicaux, je me suis laissée porter, explique Mylène. C'est après que c'est difficile, quand vous vous retrouvez seule, que vous devez reprendre un quotidien normal". C'est pourquoi ses médecins lui ont conseillé, comme souvent, de voir un psychologue. Pour certaines, comme Stéphanie, il n'est pas évident de se projeter dans leur vie de couple alors que l'image de leur corps est remise en cause :

Quand on fait une mammectomie, la question c'est : à quoi est-ce que je vais ressembler après ? Le sein, c'est la féminité, la maternité, donc il y a un gros impact psychologique

Jeanne Le Guen Edan, psychologue à la clinique La Sagesse à Rennes, accompagne régulièrement des femmes dans leur reconstruction après un cancer du sein. Pour elle, c'est aussi le regard des autres qui rend la reconstruction difficile :

Lorsqu'une femme dit qu'elle craint le regard des autres à la plage, ou lorsqu'elle a une prothèse mammaire qui ne tient pas bien, c'est évident qu'elle se sent différente. On doit collectivement changer notre regard

"J'étais convaincue que mon mari allait me quitter quand j'ai appris que j'avais ce cancer, ajoute Stéphanie. Je n'arrivais plus à me plaire, donc je ne voyais pas comment lui plaire. Mais il l'a très bien accepté, avant moi en fait. Il me disait qu'une femme, ça ne se limite pas à deux seins, et il a raison !", plaisante-t-elle.