Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

VIDÉOS - À Rouen, une machine pour éviter les erreurs de dosage dans les chimiothérapies

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Au centre de lutte contre le cancer Henri Becquerel à Rouen, un "oeil numérique" a été mis au point pour éviter les erreurs de dosage dans la préparation des chimiothérapies.

L'"oeil numérique" permet d'éviter les erreurs de dosage
L'"oeil numérique" permet d'éviter les erreurs de dosage © Radio France - Olivia Cohen

Une innovation au centre de lutte contre le cancer Henri Becquerel de Rouen a été présentée ce mercredi 16 octobre, après plusieurs mois d'expérimentation. Innovation qui concerne la conception des chimiothérapies : désormais, les préparatrices et préparateurs vont travailler avec l'aide d'une machine baptisée "oeil numérique" ou "DrugCam", sorte d'assistant qui permettra d'éviter les erreurs de dosage.

En cas d'erreur, une tête de mort s'affiche - Mélanie Porion, préparatrice

Il s'agit d'un plan de travail totalement stérile recouvert d'une grosse cage de verre, appelé "isolateur". À l'intérieur, des poches, des liquides, des seringues, tout le matériel qui permet à Mélanie Porion, préparatrice en pharmacie, de réaliser une chimiothérapie. 

Pour manipuler les produits, la vitre est percée de deux trous : dedans des tuyaux avec, au bout, des gants... Mélanie les enfile et peut commencer à travailler, assistée par une sorte de caméra-scanner : "On scanne une étiquette, le dossier médical du patient apparaît à l'écran, il n'y a plus qu'à se laisser guider et suivre les étapes. Quand tout est bon, on passe au vert et en cas d'erreur de dosage, une tête de mort s'affiche." 

Avec cet appareil, on évite le surdosage, qui expose le patient à un risque toxique - Dr Jean Rouvet, responsable du projet

Aux commandes du projet, le Dr Jean Rouvet, responsable de l'unité de production du centre. Pour lui, cette machine représente un filet de sécurité supplémentaire pour le patient : "Les préparatrices, parce que humaines, ne sont jamais à l'abri d'une erreur, notamment en matière de volume de produit. Avec cet appareil, on évite le surdosage, qui expose le patient à un risque toxique, ou le sous-dosage, qui rend le traitement inefficace."

Grâce à cet "oeil numérique", il sera possible désormais de réaliser des chimiothérapies à l'avance, la veille pour le lendemain, et de diminuer le temps d'attente du patient. 

145 chimiothérapies sont préparées en moyenne en un jour au centre et administrées dans la foulée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu