Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

À Sablonceaux, le projet de centrale à goudron provoque des tensions

-
Par , France Bleu La Rochelle

Une centrale à goudron doit bientôt voir le jour à Sablonceaux. L'enquête publique vient tout juste de commencer mais le projet cristallise déjà les tensions. En cause le caractère potentiellement cancérigène des fumées et particules émises lors de la fabrication.

La future centrale à goudron est située dans une zone urbanisée près de l'estuaire de la Seudre.
La future centrale à goudron est située dans une zone urbanisée près de l'estuaire de la Seudre. - Image d'illustration

Sablonceaux, France

Stéphanie Muzard-Biteau et son mari Benoît Biteau habitent à moins de deux kilomètres à vol d'oiseau de la future centrale à goudron. Le projet est en fait une extension des activités de la centrale à béton déjà existante dans la zone d'activités de Gâte-Bien.  Une diversification que le couple voit d'un mauvais œil.  Car les fumées et particules rejetées une telle production sont classées comme potentiellement cancérigènes par le Centre internationale de recherche sur le cancer. La construction d'une telle centrale juste au-dessus d'une zone très urbanisée est donc un non-sens pour Benoît Biteau, par ailleurs député européen écologiste " On a un centre thermal réputé à Saujon à quelques kilomètres, _les gens viennent se soigner et ils vont respirer des particules cancérigènes_, il faut m'expliquer où est la cohérence." Il met aussi en avant le risque pour les écoles ou encore les gîtes ruraux.

Un risque pour l'environnement ?

Benoît Biteau craint aussi une pollution environnementale importante : "on est pile à l'endroit où l'eau douce et l'eau salée se rejoignent, ça veut dire qu'à terme des particules pourraient aller polluer l'océan ".  Sa femme Stéphanie qui fabrique des fromages bios a peur que les émissions ne rendent ses productions impropres à la consommation : "le projet remet en cause tout ce que j'ai mis en place depuis cinq ans. Je fais de la vente directe à la ferme, _si ça sent le bitume quand les clients viennent, de quoi je vais avoir l'air ?_"

Un collectif contre le projet 

Pour s'opposer à la future centrale, Stéphanie a créé un collectif : Sablonceaux-Saujon No Goudron et organisé une réunion d'information ce samedi qui a réuni 70 personnes.  Elle pointe un manque de communication de la part de la mairie "moi je l'ai appris par une amie qui est abonnée à la newsletter de la commune mais il n'y a rien sur les panneaux d'informations communaux ni sur le site de la centrale"

Peu de risques selon la mairie

La maire de Sablonceaux Sylviane Gougnon l'assure, tout a été fait dans les règles de l'art et les risques sont minimes " l'installation sera neuve, donc aux dernières normes environnementales". Les entreprises locales porteuses du projet ont fait réaliser toutes les études nécessaires, elles sont plutôt positives même si la maire reconnaît qu'il faudra prendre des précautions " il y a un organisme qui a émis un avis réservé et indique que la centrale devra suivre quelques consignes".  Sur l'information autour du projet, elle reconnaît qu'il n'y a jamais eu de communication officielle "mais ça n'a jamais été secret, depuis deux ans on en parle au conseil municipal et puis le projet est _de la compétence de la Communauté d'agglomération Royan-Atlantique_, pas de la mairie".

L'enquête publique a débuté ce lundi et durera jusqu'au 18 septembre. Le dossier avec toutes les études est désormais consultable par tous. Pas suffisant et trop tard pour les opposants à la centrale qui sont prêts à aller devant la justice pour faire annuler le projet.  Contacté, le propriétaire du site Jean-Pierre Duclos n'a pas souhaité s'exprimer.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu