Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

A Strasbourg le siège du Parlement européen accueille un centre de dépistage du Covid-19

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

En zone rouge, l’Alsace prépare son déconfinement. Les autorités sanitaires tablent sur les tests et sur le traçage des patients. A Strasbourg, le siège du Parlement européen va héberger un centre de dépistage. Des laboratoires privés pourront y mener 2.000 tests quotidiens dès ce lundi 11 mai 2020.

Le bâtiment Louise Weiss à Strasbourg va abriter un centre de dépistage du Covid-19
Le bâtiment Louise Weiss à Strasbourg va abriter un centre de dépistage du Covid-19 © Radio France - Corinne Fugler

En zone rouge pour le moment, l’Alsace prépare son déconfinement. Pour éviter un nouveau pic, les pouvoirs publics misent sur le dépistage et sur le traçage des patients contaminés. Le Parlement européen a décidé d'apporter son concours à cette campagne de tests. L'institution met gratuitement à disposition des autorités françaises une partie de son siège strasbourgeois, au sein du prestigieux bâtiment Louise Weiss, au bord de l'Ill, qui abrite son hémicycle, pour y installer un centre de dépistage. 

Il ouvre ce lundi 11 mai 2020. Quatre laboratoires partenaires, Biogroup, Barraud, Bio67 et Biola, sont chargés des prélèvements. Ils devraient effectuer 2.000 tests virologiques par jour, des tests « PCR », c’est à dire par prélèvement naso-pharyngé. 

Ce centre comptera 21 boxes. Il n'accueillera que des personnes asymptomatiques, repérées comme "cas contact" après la contamination d'un proche. Elles seront orientées par la CPAM, la caisse d’assurance maladie ou par un médecin traitant, sur prescription et rendez-vous. 

Elles ne croiseront pas le personnel du Parlement européen, peu nombreux en dehors des rendez-vous institutionnels. Ni les eurodéputés, absents actuellement, car ils ne tiennent aucune session à Strasbourg pour le moment. Les pompiers du SDIS, le service départemental d’incendie et de secours du Bas-Rhin, se chargeront de l’accueil et de l’orientation du public.

8.000 tests chaque jour 

Dans le Bas-Rhin, le dépistage est assuré également par les laboratoires des hôpitaux et par le laboratoire du Conseil départemental du Bas-Rhin, qui s'occupe d'habitude de surveillance vétérinaire et d'environnement. Les 73 laboratoires privés du département complètent ce dispositif, avec les prélèvements effectués au sein de leurs locaux, en drive ou par des équipes mobiles.

En tout, ce sont plus de 8.000 tests qui pourront être effectués dans le Bas-Rhin au quotidien, pour 4.600 dans le Haut-Rhin. 

Si un patient est testé positif au Covid-19, il sera invité à lister toutes les personnes qu’il a pu contaminer. Le "traçage", une démarche volontaire, incombera à son médecin-traitant, ou, à défaut, à l’assurance-maladie. 200 agents de la CPAM seront chargés de ces enquêtes dans le Bas-Rhin, sur 950.

Les personnes "contacts" seront invitées également à chercher des masques en pharmacie

Il s’agit de casser la chaîne de contamination du virus grâce au dépistage, au traçage et aussi à la mise en quarantaine. Des hôtels accueilleront les personnes qui ne pourront pas s’isoler chez elles.

Les cuisines du Parlement européen mises à contribution également

Par ailleurs, le Parlement européen offre depuis deux semaines plusieurs centaines de repas quotidiens aux personnes vulnérables, des repas préparés dans ses cuisines strasbourgeoises. Ils sont livrés par des bénévoles de la Croix-Rouge dans des foyers, des squatts ou des centres socio-culturels. Une centaine d'étudiants en difficulté bénéficient aussi de ces repas. Cette opération initiée par le Parlement européen doit durer au moins jusqu'au 31 juillet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu