Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

A Thouars et Parthenay, le SAMU ne peut pas partir en intervention tous les jours, faute de médecins

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Poitou

Dans une ambulance du SAMU, il faut un médecin, un infirmier et un ambulancier pour partir en intervention après un appel au 15. A Parthenay et Thouars, faute de médecins urgentistes remplaçants, les équipes sont immobilisées certains jours. C'était le cas en fin de semaine dernière.

Le CHNDS de Faye-l'Abbesse a ouvert ses portes le 4 juin 2018 dans le nord Deux-Sèvres
Le CHNDS de Faye-l'Abbesse a ouvert ses portes le 4 juin 2018 dans le nord Deux-Sèvres © Radio France - Noémie Guillotin

Faye-l'Abbesse, France

Si vous appelez le 15 depuis le nord Deux-Sèvres, vous aurez bien le SAMU au bout du fil et une équipe viendra à vous, mais pas sûr qu'elle arrive de Parthenay ou Thouars. En juillet, les deux lignes, aussi appelées Centre de Soins Non Programmés (CSNP), ont régulièrement dû fermer. C'était le cas notamment vendredi 26 juillet et dimanche 28 à Parthenay. Il n'y avait pas de médecin urgentiste remplaçant pour partir en intervention avec l'infirmier et l'ambulancier. 

La direction du CHNDS et le SAMU 79 n'ont pas souhaité s'exprimer à ce sujet, mais le docteur Philippe Leveau, chef du service des urgences du CHNDS, explique "que cela survient les jours où certains des médecins sont en congés et on ne trouve pas de remplaçants". "Je n'ai pas le planning sous les yeux, détaille-t-il. Mais en ce moment, c'est courant, de l'ordre d'une à deux fois par semaine et par site". Des intérimaires sont bien appelés, mais ils ne sont pas disponibles. Adeline Chauvet, responsable CGT au CHNDS, estime que la "situation va s'aggraver en août, le pire reste a venir".

Selon l'ARS, ce problème est en passe d'être réglé et ne concerne qu'une part minime des interventions. Depuis le mois de janvier, 95% du temps, tous les Centres de soins sont ouverts. L'Agence Régionale de Santé précise que des équipes SMUR du nord Vienne ou l’hélicoptère du CHU de Poitiers peuvent aussi intervenir en cas de besoin. 

Des délais d’intervention un peu plus longs

Le docteur Leveau et Adeline Chauvet font le même calcul, lors des fermetures d'antennes du SAMU, il faut compter 20 minutes d'attente de plus pour les patients. Les ambulances partent alors de Faye-l'Abbesse ou de Niort. "Mais à ma connaissance, cela n'a jamais posé de problème médical ou sanitaire", souligne docteur Leveau. 

Choix de la station

France Bleu