Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

À Toulouse : "pas de cas de syndrome inflammatoire grave lié au Covid chez des enfants mais on s'y prépare"

-
Par , France Bleu Occitanie

Le Covid-19 provoque-t-il une nouvelle maladie inflammatoire grave chez les enfants ? La question préoccupe après plusieurs cas dans les hôpitaux parisiens. À Toulouse, aucun cas de ce genre n'a été recensé. Philippe Acar, cardiopédiatre au CHU de Toulouse répond aux questions de France Bleu.

Le professeur du CHU Philippe Acar
Le professeur du CHU Philippe Acar - CHU de Toulouse

"L'ensemble des pédiatres, des réanimateurs (en Europe) travaillent ensemble pour voir s'il y a lieu ou non de faire un lien avec le Covid-19, ce que je ne sais pas encore au moment où je vous parle", c'est ce qu'a déclaré ce mercredi le ministre français de la Santé, Olivier Véran, à l'Assemblée nationale. Une déclaration qui fait écho aux interrogations de plusieurs pays après l'apparition chez un petit nombre d'enfants et d'adolescents de problèmes inflammatoires graves. Philippe Acar, professeur de cardiologie pédiatrique au CHU de Toulouse, à l'hôpital des enfants, s'interroge lui aussi et détaille quelques recommandations, même si aucun cas n'a été recensé à Toulouse. Il a répondu aux questions de France Bleu Occitanie.

France Bleu Occitanie : Que sait-on à ce jour de cette maladie inflammatoire qui touche les plus jeunes ? 

Philippe Acar : On a eu une alerte hier (mardi) du centre Necker de Paris pour nous signaler une vingtaine de cas d'enfants âgés entre 8 et 15 ans qui ont développé des symptômes qui pourraient être en lien avec le Covid-19. Ce lien reste à confirmer parce que seul le tiers des enfants a été testé positif. Ce sont des enfants qui se sont présentés avec des symptômes de fièvre et d'autres qui peuvent s'apparenter à la maladie de Kawasaki, notamment des troubles digestifs. Les tests biologiques ont révélé une forte inflammation dans le sang. Et les contrôles d'échographie cardiaque montraient une altération de la fonction du cœur pour quasiment tous. Ils ont quasiment tous été placés en soins intensifs. Mais il n'y a aucun décès et tous les cas, très rares rappelons-le, sont en Ile-de-France. Les enfants ont récupéré la fonction cardiaque environ une semaine après l'hospitalisation.

Il n'y a aucun cas à Toulouse mais on se prépare à avoir ce type de cas.

France Bleu Occitanie : Qu'est-ce que la maladie de Kawasaki ?

P.A  : C'est une maladie inflammatoire rare, avec 500 cas par an en France, environ 10-12 sur Toulouse. C'est une maladie avec beaucoup de fièvre, parfois des symptômes digestifs et une atteinte du muscle du cœur ou des artères coronaires. Et qu'on peut traiter si elle est prise précocement.

France Bleu Occitanie : Y-a-t-il des cas de cette "nouvelle" maladie inflammatoire à Toulouse ? 

P.A : Non. Dans la mesure où Toulouse n'a pas été touché par une grande vague épidémique nous n'avons pas eu de suspicions de maladies Covid avec une atteinte cardiaque. On ne sait pas ce que l'avenir nous dira, on se prépare à avoir ce type de cas. Il semblerait qu'il y ait des cas dans les foyers épidémiques, à Londres, Barcelone, dans les zones pandémiques en Italie. Il y aurait quelques dizaines de cas en Europe. Il faut comprendre le lien avec le Covid. On se demande si c'est une maladie qui intervient tard après l'infection Covid et qui fait que les enfants se négativeraient ? Ou est-ce qu'il s'agit d'une recrudescence de maladies de Kawasaki ? Mais normalement cette maladie n'est pas saisonnière, n'est pas contagieuse, or là on a une recrudescence des cas. Ce sont les tests sérologiques qui diront si on peut faire un lien avec le Covid.

France Bleu Occitanie : Vous demandez tout de même aux parents de rester vigilants ? 

P.A  : Si l'enfant a beaucoup de fièvre, qui persiste pendant trois jours au moins, avec des symptômes digestifs, il faut consulter son pédiatre. Il peut y avoir aussi parfois des éruptions cutanées avec des rougeurs sur les lèvres et des conjonctivites, ainsi que des douleurs abdominales avec des diarrhées. Là il faut consulter.

En cas de forte fièvre persistante, de diarrhées et de douleurs abdominales, voire d'éruptions cutanées, il faut consulter un pédiatre.

France Bleu Occitanie : Il y a des traitements ?

P.A : Oui, les traitements ce sont des anti-corps qui permettent de faire régresser le syndrome inflammatoire et de diminuer l'inflammation cardiaque. Ces enfants en soins intensifs vont récupérer une fonction cardiaque normale, en tout cas à Paris il n'y a pas eu de décès. 

France Bleu Occitanie : les parents d'enfants fragiles du cœur doivent-ils s'inquiéter?

P.A : L'atteinte virale du cœur est rare, très rare et peut toucher n'importe quel enfant. Des enfants avec des maladies chroniques ou qui ont été opérés du cœur n'ont pas de sur-risque de développer ce type d'atteinte. Donc il ne faut pas paniquer si votre enfant est dans ce cas.

NB : Philippe Acar n'a pas souhaité s'exprimer au micro sur la réouverture des écoles ou pas, mais Olivier Véran le ministre de la Santé a lui dit qu'il n'a "pas les éléments médicaux concernant ces enfants" et qu'il n'a "absolument pas d'explication médicale à ce stade" pour prendre une quelconque décision. "Nous auront les résultats rapidement sur ces enfants, sur leur dossier médical, pour pouvoir explorer" des solutions, précise le ministre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess