Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Tours, une étude prend le pouls des soignants exposés au Covid-19

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

L'étude a été lancée en novembre dernier. 500 participants y sont déjà inscrits. Menée par le CHRU de Tours, elle vise à mesurer l'ampleur des conséquences de la crise sanitaire sur la santé des soignants.

Les personnels hospitaliers seraient les plus à risque de développer du stress, de l'anxiété, voire une dépression
Les personnels hospitaliers seraient les plus à risque de développer du stress, de l'anxiété, voire une dépression © Maxppp - Darek SZUSTER / Maxppp

Quel est l’impact réel de cette crise sanitaire sur les soignants de première ligne, ceux qui travaillent à l’hôpital au plus près des patients touchés par le Covid-19 ? Difficile de répondre à cette question, d’autant que l’on est encore en plein cœur de la deuxième vague. 

Une étude est donc en ce moment menée au niveau national, portée par le CHRU de Tours. Deux mois après son lancement, elle compte 500 participants. L’hôpital en vise 3000 d’ici fin avril. 

Un double intérêt

Cette étude vise donc à mieux mesurer l’impact de cette crise sur les professionnels de santé, mais aussi à mieux prendre en charge ces derniers. Son responsable tourangeau, le psychiatre Wissam El Hage, le résume d’ailleurs comme ça. "C’est la seule étude existante en France qui va au-delà de la simple évaluation". Le participant est amené à répondre à des questions tous les trois mois pendant un an, et si à cette occasion, il apparaît particulièrement atteint, il se verra alors proposer une prise en charge. 

Les personnels hospitaliers dans le viseur

Ceux qui sont visés, ce sont les personnels hospitaliers, ceux qui travaillent dans les services d’urgence ou les unités dédiées aux patients Covid. Ceux que l’on dit en première ligne, qui ont pu vivre le décès de patients, voire de proches, malgré une prise en charge médicale. 

Ce seraient ainsi eux les plus à risque de développer du surmenage, du stress, de l’anxiété, une dépression voire un stress post traumatique, plus que leurs confrères libéraux. Des symptômes qui, s’ils ne sont pas traités, peuvent avoir des conséquences néfastes sur la vie professionnelle et familiale. 

Le CHRU de Tours recherche donc encore des volontaires pour faire partie de cette étude. Si vous êtes un professionnel de santé, et que vous avez soigné des patients atteints du Covid-19, vous pouvez vous inscrire jusqu’à fin avril en passant par un site dédié

Choix de la station

À venir dansDanssecondess