Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Navires de croisière à Ajaccio : entre pollution et intérêt économique

vendredi 30 novembre 2018 à 7:01 Par Alexandre Sanguinetti et Maxime Becmeur, France Bleu RCFM

Le port de la cité impériale accueille tous les ans 200 escales et 400.000 touristes transportés par les compagnies de croisières.

Un navire de croisière dans le port d'Ajaccio
Un navire de croisière dans le port d'Ajaccio

Ajaccio, Corse, France

Qu'apportent réellement les bateaux de croisière à la ville d'Ajaccio et à la Corse ? Leur impact environnemental, en tous cas est de plus en plus décrié. "Il y a une grosse pollution sur Ajaccio", explique cette habitante de la cité impériale, "et les bateaux de croisières, avec leurs cheminées qui crachent cette fumée noire, y sont pour beaucoup".

Pollution

La direction des ports de commerce de Corse-du-Sud recevait hier jeudi le numéro deux du groupe Carnival, propriétaire de 14 marques de croisières dont la plupart font escale dans la cité impériale. Michel Nestour assure que ses bateaux respectent scrupuleusement les normes environnementales : "le groupe a dépensé plus de 750 millions de dollars pour équiper ses paquebots", affirme-t-il, "c'est un lourd investissement, mais 60% de notre flotte est désormais équipée". Pourtant, il y a quelques jours, ce sont bien les navires du groupe Carnival qui ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Marseille à 100.000 euros d'amende pour pollution de l'air, en raison de l'utilisation d'un fioul trop chargé en soufre. D'ailleurs, de leur côté, les associations écologistes en demandent davantage aux compagnies maritimes. Aria Linda par exemple prône l'utilisation obligatoire du gaz naturel, le GNL, pour tous les navires, comme c'est déjà le cas pour de nombreux ports d'Europe du nord.

Le port de commerce d'Ajaccio - Aucun(e)
Le port de commerce d'Ajaccio

Economie

Economiquement ensuite, plusieurs études tendent à démontrer que les croisiéristes dépenseraient en moyenne 50 euros lors de l'escale ajaccienne. Mais les commerçants sont plutôt partagés sur le sujet : "les croisiéristes représente 20 à 30% de mon chiffre d'affaire", affirme une commerçante ajaccienne. "Les passagers ont souvent un petit budget", assure une autre commerçante, "et en plus, ils n'ont pas le droit de ramener trop de produits à bord du bateau", conclut-elle.

Ecoutez l'intégralité de notre Grand Angle : 

Le Grand Angle de RCFM