Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Alerte au cannabis de synthèse dans plusieurs lycées de la Marne

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

C'est un phénomène qui se propage dans les lycées marnais. Des infirmières scolaires sont intervenues pour des jeunes complètement apathiques pendant les cours. Ce sont les effets du cannabis de synthèse, consommé en cigarette électronique. Les jeunes pensent consommer du CBD, tout à fait légal.

Attention au cannabis de synthèse qui provoque des dégâts importants chez les jeunes
Attention au cannabis de synthèse qui provoque des dégâts importants chez les jeunes © Maxppp - Stefane Guidi

Reims, France

Méfiez-vous du CBD ! Ce liquide pour les cigarettes électroniques à base de cannabis, légal et non-dangereux, est au cœur d'une véritable arnaque qui devient un problème de santé publique. L'agence régionale de santé tire la sonnette d'alarme parce que du "faux CBD" circule en Champagne-Ardenne. Le CBD ou cannabiol, est une molécule présente à l'état naturel dans le cannabis, utilisée pour traiter les inflammations, les convulsions, l'anxiété et les nausées. C'est ce qu'on appelle le "cannabis light", qui est autorisé à la vente, et pas dangereux, si le CBD présente un taux de THC inférieur à 0,2% ... Le THC (tétra-hydro-cannabinol) est responsable des effets psychoactifs lors de la consommation de cannabis. Or, ce qui est vendu, bien souvent, ne répond pas à ces critères avec de graves effets indésirables. 

De nombreux cas aux urgences de Reims

À ce jour, près de 80 cas ont été recensées aux urgences de Reims. Le phénomène s'amplifie depuis le mois de mars. 20 cas d'intoxication aiguës ont également été détectés dans plusieurs lycées de Reims, mais aussi à Epernay ou encore à Verzenay. Des infirmières scolaires ont trouvé des jeunes complètement amorphes, avec de graves séquelles. Le résultat des analyses était sans appel : ce qui a été vendu et consommé n'était pas du CBD mais des cannabinoïdes de synthèse.

"Les cannabis de synthèse sont plus puissants, plus dangereux, plus addictifs que leurs homologues naturels," explique le docteur Marie Masure, médecin au centre d'addictologie de Reims. "Ils provoquent de fortes dépendances et le sevrage est extrêmement difficile," ajoute-telle.

"À la suite de cas hospitalisés, ils peuvent causer de l'agitation, de l'agressivité, des états de léthargie profonde, des nausées et des pertes de connaissance, voire provoquer des décès" - Marie Masure, médecin au centre d'addictologie de Reims

La fulgurance avec laquelle cette "épidémie" s'est propagée pose question."Il y a bien sûr internet," explique le docteur Marie Masure, "on trouve de tout, et il n'y a pas de références, les jeunes s'y perdent et achètent n'importe quoi. Il n'y a pas de filtre. Impossible de repérer les arnaques, le faux CBD." 

Des trafiquants à proximité de plusieurs lycées 

Internet est un vrai problème mais il y a pire. Des revendeurs sollicitent des jeunes à l'extérieur des établissements scolaires, ils leur proposent du soit disant CBD, "le cannabis light" ce produit ni illégal, ni dangereux. Mais il s'agit d'un produit trafiqué. Les dealers fournissent un kit aux élèves. C'est gratuit pour essayer mais ils reviennent quelques jours plus tard. Selon les témoignages, il faut payer 10 euros, la fiole de 10 ml. Les jeunes deviennent dépendants ! "Ces nouveaux dealers-chimistes trouvent un intérêt dans ce produit facile à se procurer, à cacher et à revendre. Ils jouent du flou sur la terminologie du CBD," analyse l'un des spécialistes au centre d'addictologie de Reims.

Faire de la prévention

L'A.N.P.A.A, association de prévention en alcoologie et addictologie, est de plus en plus préoccupée par le phénomène. "Il y a un travail d'information à faire dans les établissements scolaires mais aussi dans les services médicaux," poursuit le docteur Masure, "les personnes à risque jusque 25 ans avec des fragilités psychologiques doivent être surveillées." 

"Les fioles de e-liquide sans étiquette, les mélanges de produit, les fioles intitulées C-Liquid sont à éviter à tout prix. La seule façon d'être sûr qu'il s'agit bien de CBD est d'aller l'acheter dans une boutique spécialisée" - Docteur Masure

Le Centre de Soins, d'Accompagnement et de prévention d'addictologie de Reims peut répondre à cette problématique, informer les jeunes mais aussi les parents qui retrouvent leurs enfants "dans des états d'agitation, de nervosité, amorphes, fatigués, anxieux ou encore apathiques."