Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Alerte au plomb gare d'Austerlitz à Paris : une partie du chantier est à l'arrêt

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Paris, France Bleu

A cause d'un problème de pollution au plomb, une partie du chantier de rénovation de la gare d'Austerlitz à Paris a été stoppé début septembre. Une entreprise qui travaille sur ce chantier a donné l'alerte. Selon elle, le niveau des taux de plomb serait 40 fois supérieurs à la normale.

Gare d'Austerlitz 1
Gare d'Austerlitz 1 © Radio France

Une partie du chantier de rénovation de la gare d'Austerlitz à Paris a été arrêté, le 4 septembre dernier, pour un problème de pollution au plomb. Le chantier, commencé en 2018, doit déplomber la charpente métallique de la gare et enlever le bois qui est couvert de peintures au plomb. 

Des taux de plomb 39 fois supérieurs à la normale selon MASCI

Selon MASCI, l'entreprise chargée de ce travail de rénovation de la gare, la pollution au plomb a atteint un niveau alarmant. Elle dit avoir engagé des laboratoires indépendants, mené plusieurs campagnes de mesures, dans et aux abords de la gare, sous le contrôle d'un huissier. Résultat : le taux de plomb est, par endroits, 17, 25 voire 39 fois supérieurs à la normale, y compris dans les espaces publics. 

Les taux sont très élevés notamment au pied du piano installé dans la gare, dans la zone de repos des voyageurs ou encore à côté d'une sandwicherie

Les ouvriers de la société chargée du déplombage ont travaillé par tranche de deux heures, sous masque ventilé pour les protéger. Mais on peut se demander si tous les autres, tous ceux qui empruntent cette gare, risquent d'avoir des problèmes de santé à cause du plomb. 

La SNCF estime avoir pris toutes les précautions

SNCF Gares & Connexions assure de son côté avoir "mis en place toutes les dispositions permettant de garantir la sécurité des personnes et des biens sur le périmètre du chantier et ses abords". Sur les nombreuses mesures hebdomadaires réalisées par l'entreprise depuis septembre 2018, seulement cinq ont dépassé le seuil réglementaire.

Nous avons eu trois fois des ajustements à faire suite à des mesures qui étaient en léger dépassement du seuil de tolérance. - Benoît Bruno, directeur du développement et des projets à SNCF Gares et Connexions

Et le directeur poursuit : "Nous avons pris des mesures immédiates de nettoyage des surfaces, et nous avons demandé trois fois à l'entreprise de modifier ses procédés d'interventions."

Face à l'absence de réactions du groupe MASCI, SNCF Gares & Connexions explique avoir arrêté le chantier. Elle dit avoir mis en demeure la société de "satisfaire à ses obligations contractuelles". Et elle envisage désormais une "résiliation pour faute du marché dont elle est titulaire" si elle ne respecte pas le contrat. 

Du côté de l'entreprise de déplombage, le discours est un peu différent. Elle dit avoir fait l'objet d'arrêts de tâche mi-septembre. Et ce mardi 1er octobre, elle aurait refusé de reprendre le chantier, craignant pour la santé de ses salariés.

L'inspection du travail parle de "pollution importante" 

Dans un courrier envoyé le 24 septembre dernier, l'Inspection du travail liste les résultats des mesures effectuées par toutes les parties. Et elle souligne que "les différentes zones du chantier et ses abords sont touchées par une pollution importante, qui se déplace notamment au niveau des zones de stockage de déchets, dans la base vie et dans les espaces publics".

Elle ajoute cependant plusieurs réserves concernant les mesures réalisées : "Un grand nombre d'entre elles ne sont pas couvertes par l'accréditation Cofrac [le Comité français d'accréditation], et l'imprécision de certaines désignations ne permet pas d'identifier avec exactitude les zones polluées".

Selon l'Inspection du travail, "il apparaît opportun de réaliser un diagnostic actualisé, précis et complet de la présence de plomb dans les différentes zones du chantier et l'environnement extérieur". 

L'inquiétude et la colère de la CGT Cheminots

La CGT Cheminots dénonce de son côté le manque de transparence de la SNCF. "Il a fallu que ça sorte dans la presse pour que nous soyons au courant, s'agace Franck Quéru de la CGT Cheminots et conducteur de train à Austerlitz. D'ailleurs ce mercredi matin, cinq cheminots ont exercé leur droit de retrait avant d'être reçus par leur direction.

Pourquoi la SNCF ne nous a pas avisés en amont ? - Franck Quéru, conducteur de train à Austerlitz

"Clairement, on demande à la SNCF de clarifier la situation. Est-ce qu'on risque quelque chose à venir travailler à la gare d'Austerlitz ?", conclut Franck Quéru. Plusieurs syndicats, dont la CGT et l'UNSA, ont déposé des droits d'alerte afin d'obliger la SNCF à leur fournir tous les éléments en sa possession.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess