Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus - sport, fêtes, mariages, salons : les réponses de la préfète de la Vienne

-
Par , , France Bleu Poitou

Ce jeudi 24 septembre, la préfète de la Vienne, Chantal Castelnot, est l'invitée de France Bleu Poitou. Elle répond à vos questions concernant les mesures contraignantes autour de la propagation de l'épidémie de Covid-19 et le placement en zone rouge alerte du département.

La préfète de la Vienne, Chantal Castelnot, dans les studio de France Bleu Poitou, ce jeudi 24 septembre.
La préfète de la Vienne, Chantal Castelnot, dans les studio de France Bleu Poitou, ce jeudi 24 septembre. © Radio France - Fanny Bouvard

Alors que mercredi 24 septembre dans la soirée, Olivier Véran, le ministre de la Santé, a fait une série d'annonces sur le renforcement des restrictions et mesures sanitaires liés à l'épidémie de Covid-19, la préfète de la Vienne, Chantal Castelnot, est invitée de France Bleu ce jeudi pour répondre aux questions des auditeurs. 

Des mesures s'imposent réglementairement quand on est placé en zone "alerte"

Depuis lundi 21 septembre, la préfecture de la Vienne, impose de nouvelles mesures sanitaires pour éviter une plus large propagation du Covid-19. Elles concernent le port du masque qui devient désormais obligatoire dans certains quartiers et événements du département passé en alerte rouge depuis le week-end, à Poitiers et Buxerolles. "Toutes les décisions ont été prises en concertation avec les élus locaux, explique sur France Bleu ce mercredi, Chantal Castelnot, la préfète de la Vienne. La maire de Poitiers et les maires de communes voisines avec une forte densité urbaine ont été consultés". 

Les questions des auditeurs de France Bleu Poitou

  • Clémentine de Poitiers se marie dans 10 jours. Est-ce que la jauge des 30 personnes concerne l'église aussi et les lieux privés accueillant du public ?

Pour l'instant, la jauge de 30 personnes annoncé hier, n'est qu'une déclaration orale du ministre de la Santé. Nous n'avons pas de texte officiel, pas de décret, nous devons donc attendre pour vous donner une réponse claire. Il faut dans tous les cas respecter la distanciation sociale dans les églises, en l'état actuel des choses. Une place sur deux, laissée libre. 

  • Jean-Claude de Marigny-Chemereau fête ses 70 ans à la maison avec 26 personnes dans un grand garage. Est-ce c'est possible ?

Même réponse que pour Clémentine. Pour l'instant, je peux vous dire "oui", même si on vous recommande la plus grande prudence. Dans les établissements accueillants du public, par exemple, il est interdit de danser. Soyez prudent, et portez le masque au maximum. Mais tout peut changer en fonction des indicateurs de santé publique, et des risques de contamination qui sont revus très régulièrement en ce moment. 

  • Françoise d'Amberre fait partie d'une association sportive de gym. Il n'est pas possible d'être plus de dix personnes pour cette association de gym volontaire ?

En dehors de la pratique sportive pure, vous devez porter le masque. Concernant la pratique du sport, il faut respecter les deux mètres de distanciation sociale entre les participants. Il est recommander de faire attention dans les vestiaires et d'apporter au maximum son matériel personnel. Ensuite chaque fédération sportive émet ses consignes. 

  • Madeleine de Poitiers se demande pourquoi la Braderie Emmaüs est maintenue alors que d'autres manifestations sont annulées ? Je crains un nouveau cluster sur ses quatre jours. 

Je ne connais pas tous les dossiers en détail, car il y a beaucoup de manifestations déclarées et je ne traite pas tous les dossiers moi-même. Nous travaillons sur des propositions des organisateurs et en fonction de ce qu'il nous propose nous acceptons et refusons. Si la manifestation est annulée, c'est qu'elle ne correspond pas aux normes. Si elle est maintenue, c'est que tout est fait dans les normes. 

  • Marie de Poitiers se demande combien de temps les textes sont mis en application après leur parution ?

Quand il s'agit d'un texte national, il doit être mis en place dans les 24 heures dans chaque départements concernés. Mais parfois, ce texte contient une date précise d'application, là le préfet du département n'a pas son mot à dire. 

  • Annick de Poitiers, qui fait partie d'un club de bridge, et Marinette de Mirebeau, qui fait du chant chorale, veulent savoir si ces pratiques peuvent toujours avoir lieu ?

Dans les deux cas, il faut voir avec les fédérations. Chaque fédération donne des règles précises : port du masque, aération des locaux... En fonction du type d'activité, les conditions sont variables mais le bon sens est toujours le même. 

  • Madeleine se questionne sur les longues files d'attente devant les laboratoires de la Vienne pour les dépistages ? 

Rappelons la situation dans la Vienne. A ce jour, il y a 23 clusters, soit 125 personnes concernées. Huit malades sont hospitalisés et un seul est en réanimation. Dans les files d'attente, on respecte les gestes barrières. Mais surtout, on va devant un laboratoire faire la queue quand on fait partie des cas prioritaires. Il y a eu un certain nombre d'abus. 

Par ailleurs, je conseille aux Poitevins de se faire vacciner contre la grippe. Les symptômes étant sensiblement les mêmes, ça risque de compliquer la tâche des médecins. Il faut éviter une épidémie de grippe trop virulente. 

  • Sandrine et Isabelle s'interrogent sur le télétravail en entreprise ? 

Il n'y pas de réglementations particulières et générales, mais ce sont de fortes recommandations, pour protéger au maximum les salariés quand s'est possible. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess