Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Alexandra Rousseau, une diabétique inquiète après l'arrêt de la fabrication de sa pompe à insuline

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Alexandra Rousseau, habitante de Sainte-Soulle, est diabétique et équipée d'une pompe à insuline implantée depuis 5 ans. Mais Medtronic a décidé d'arrêter la fabrication, pas assez rentable. Une décision qui fait craindre le pire aux 350 malades concernés dans le monde.

Si elle n'a plus de pompe, Alexandra Rousseau risque de ne plus pouvoir travailler dans la banque où elle est conseillère.
Si elle n'a plus de pompe, Alexandra Rousseau risque de ne plus pouvoir travailler dans la banque où elle est conseillère. © Radio France - Marina Guibert

Sainte-Soulle, France

L'implantation de sa pompe il y a 5 ans, Alexandra Rousseau la décrit comme "une renaissance". Alors quand elle a appris en juin dernier que Medtronic allait en arrêter la fabrication, cela a été un coup de massue.  D'autant qu'une pompe ayant une durée de vie de 6 à 8 ans, elle devra bientôt changer la sienne.  Alexandra craint le pire : "sans ma pompe, ma vie devient un enfer". "Je ne pourrai plus travailler, mon diabète deviendra ingérable et je finirai par avoir des atteintes aux niveau des yeux et des reins." 

Medtronic est la seule entreprise à fabrique des pompes à insuline implantables. - Maxppp
Medtronic est la seule entreprise à fabrique des pompes à insuline implantables. © Maxppp - Thierry David

"Leur vie sera impossible."

Car pour la grande majorité des 350 malades, dont 250 en France, la pompe fabriquée par Medtronic est indispensable. Le Professeur Eric Renard est endocrinologue, c'est lui qui suit Alexandra Rousseau et plusieurs dizaines d'autres patients : "On est face à des patients diabétiques rares, dont la peau n'assimile pas l'insuline. Il faut donc la court-circuiter et administrer l'insuline directement dans le sang." 

Par conséquent, sans pompe implantée : _"pour les cas les plus graves,_les patients devront être hospitaliséspour recevoir des injections en intra-veineuse, les autres devront faire face à des changements de glycémie incessants et leur vie sera impossible."

Aucune alternative pour ces patients

Contacté, Medtronic a affirmé travailler avec les patients et leurs médecins pour trouver des "alternatives thérapeutiques." Des alternatives qui n'existent qui tout simplement pas selon le Professeur Renard : "Nous avons examiné les dossiers des 250 patients français implantés, il n'y en a que 28 qui peuvent reprendre un autre type de traitement. Tous les autres ont essayé tous les traitements possibles et seule la pompe implantée leur convient. Il n'y a pas d'alternative pour eux." Des chiffres qui ont été communiqués à Medtronic bien-sûr mais aussi à l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. 

Sans pompe implantée, les malades concernés auront beaucoup de mal à contrôler leur glycémie. - Maxppp
Sans pompe implantée, les malades concernés auront beaucoup de mal à contrôler leur glycémie. © Maxppp - Marc Ollivier

La production prolongée jusqu'en juin prochain, le temps de trouver une solution

Pour convaincre Medtronic d'au moins trouver un repreneur avant d'arrêter la production, Alexandra Rousseau et d'autres malades ont lancé un collectif et une pétition "Sauvez les diabétiques implantés avant qu'il ne soit trop tard." 

L'affaire devrait bientôt arriver au Parlement, le député de La Rochelle Olivier Falorni doit l'évoquer à l'Assemblée. La sénatrice Corinne Imbert a elle déjà écrit à la ministre de la santé Agnès Buzyn. De son côté, Medtronic s'est engagé à prolonger la production jusqu'en juin prochain, le temps de trouver, peut-être, une solution.