Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Aline Noblet, tabacologue : "quand on arrête les effets sont immédiats !"

mardi 7 novembre 2017 à 8:58 Par Nicolas Joly et Nicolas Crozel, France Bleu Isère

30 jours pour arrêter, c'est le défi lancé par le Mois sans tabac qui a lieu en novembre. Tabacologue et sage-femme au CHU Grenoble-Alpes, Aline Noblet était l'invitée de France Bleu Isère ce mardi matin. Elle donne ses conseils à tous ceux qui voudraient se lancer dans l'aventure.

Tabacologue et sage-femme au CHU de Grenoble-Alpes, Aline Noblet était l'invitée de France Bleu Isère ce mardi matin
Tabacologue et sage-femme au CHU de Grenoble-Alpes, Aline Noblet était l'invitée de France Bleu Isère ce mardi matin © Radio France - Nicolas Joly

Finie la pause-clope. Le "mois sans tabac" débute en novembre, l'occasion pour les fumeurs de tenter de décrocher de cette habitude, dont "73 000 personnes meurent par an", rappelle Aline Noblet. Tabacologue et sage-femme au CHU Grenoble-Alpes, elle encourage les habitués du café-cigarette à tenter l'expérience. "Le mois sans tabac c'est se lancer un défi. C'est un peu un prétexte pour se lancer dans l'aventure", déclare-t-elle.

"Le mois sans tabac c'est se lancer un défi." - Aline Noblet, tabacologue et sage-femme au CHU Grenoble-Alpes

Une cigarette, trois dépendances

"A partir du moment où l'on fume une cigarette par jour, on a 3 dépendances", détaille Aline Noblet. "Il y a une dépendance physique liée à la nicotine, une dépendance psychologique liée aux émotions, et une dépendance comportementale, liée à des rituels." Des rituels comme la cigarette que l'on prend entre deux réunions ou avec son verre à l'apéritif, dont il est difficile de se défaire. Mais la tabacologue rassure : "En se privant un mois, on change ses réflexes et au final certains arrivent à ne plus y penser."

"A partir du moment où l'on fume une cigarette par jour, on a 3 dépendances." - Aline Noblet, tabacologue et sage-femme au CHU Grenoble-Alpes

Arrêter : un bénéfice immédiat

Dès lors que l'on se débarrasse de sa vieille habitude, "on ressent un bénéfice tout de suite", affirme Aline Noblet. "En 24 à 48 heures on élimine le monoxyde de carbone et on ressent un regain d'oxygène." Une bonne raison de pour celles et ceux qui se sentent essoufflés après quelques foulées. Mais il n'est pas nécessaire d'attendre le mois de novembre pour lâcher la cigarette et se faire aider. D'autres moyens sont disponibles tout au long de l'année, rappelle Aline Noblet : _"Il existe la ligne et le site tabac info service, ainsi qu'une application. Mais cela ne remplace pas l'humain et les consultations avec tabacologue." Également sage-femme, elle insiste sur les dangers du tabac sur le fœtus et sur le fait qu'il est primordial"que les femmes enceintes et leurs conjoints fumeurs n'hésitent surtout pas à se faire aider."_

"En 24 à 48 heures on élimine le monoxyde de carbone et on ressent un regain d'oxygène." - Aline Noblet, tabacologue et sage-femme au CHU Grenoble-Alpes

Aline Noblet, tabacologue et sage-femme au CHU Grenoble-Alpes

Un dernier message : il ne faut pas se décourager si on ne réussit pas à la premiere tentative.