Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Allergies aux pollens : jusqu'à 40% d'appels en plus pour un allergologue de Boulogne-Billancourt

-
Par , France Bleu Paris

Avec la chaleur de ces dernières semaines, les pollens sont très présents en ce moment et très gênants, même pour des personnes qui n'étaient pas allergiques avant. Le docteur Pierrick Hordé, allergologue à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, reçoit jusqu'à 40% d'appels en plus.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - Lionel VADAM

Barre sur le front, fatigue, éternuements, conjonctivites, asthme : beaucoup de personnes sont de plus en plus gênées par les pollens de graminées en ce moment. Ils sont apparus avec les températures élevées de ces dernières semaines. A tel point que, dans sa dernière carte publiée le 29 mai, le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) a classé la quasi-totalité du territoire en rouge aux allergies aux pollens. Toute l’Ile-de-France est concernée, sauf Paris, les hauts de Seine et le Val de Marne, classés orange.

Une "pollution biologique"

Le docteur Pierrick Hordé, allergologue à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, est submergé d'appels de patients depuis trois semaines mais "cela s'est accéléré depuis le week-end de Pentecôte". "Il y a eu une première vague en mars-avril avec les pollens de bouleau. Mais depuis trois semaines, ce sont les pollens de graminées qui sévissent dans toute la France, ça s'est accéléré ces derniers jours de manière considérable. On reçoit des appels, des patients veulent consulter mais on n'a pas de place, des gens qu'on traite habituellement avec qui cela se passe bien et sont très gênés", précise l'allergologue, également directeur éditorial du Particulier santé. "Les traitements sont moins efficaces que les années précédentes", ajoute-t-il.

Pour moi qui consulte depuis plus de 35 ans, c'est du jamais-vu.  
Le docteur Pierrick Hordé, allergologue à Boulogne-Billancourt

"Cette année, on a eu une configuration tout à fait spéciale parce qu'il a fait très beau : très peu de jour de mauvais temps et de pluie, donc des conditions climatiques absolument incroyables notamment ces dernières semaines. Ce qui fait que toutes les plantes ont émis beaucoup de protéines allergisantes. Ces pollens issus de plantes, de fleurs et d'arbres, émettent des protéines allergisantes, qui vont être assimilés à des polluants tellement c'est violent. Cela va même atteindre même des personnes qui n'avaient jamais eu d'allergies cette année. 

Aujourd'hui, on a plein de patients qui nous disent : je ne comprends pas, j'ai 60 ans, je n'ai jamais eu d'allergies aux pollens. Il y a une telle pollution naturelle que cela va toucher des gens qui n'avaient jamais eu d'allergies.  
Le docteur Pierrick Hordé, allergologue à Boulogne-Billancourt

Le docteur Pierrick Hordé estime avoir jusqu'à 40% d'appels en plus de nouveaux patients. Les patients qu'il suivait déjà sont encore plus gênés qu'auparavant. "Cela reste sans commune mesure, moi j'ai des patients traités qui allaient très bien, qui prenaient peu de médicaments pendant la saison et là ça ne suffit pas, il faut doubler les doses antihistaminiques, c'est très compliqué", explique-t-il.

Selon lui, un "conseil tout bête" permet d'être moins gêné : il faut se rincer les cheveux à l'eau le soir pour "enlever tous les pollens qu'on a pu accumuler la journée et qui risquent de se déposer sur l'oreiller. Vous risquez de les aspirer à nouveau la nuit au niveau du nez et des yeux". Ce conseil est valable pour les cheveux mais également pour la barbe et la moustache, où les pollens peuvent également s'accrocher.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu