Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Alsace : une patiente enceinte après un cancer et une autogreffe de tissu ovarien

vendredi 5 octobre 2018 à 14:12 Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

A Strasbourg, une jeune femme de 33 ans annonce être enceinte après une greffe de son propre tissu ovarien. Elle en a bénéficié suite à un cancer. Dans le monde, une centaine d'enfants sont déjà nés grâce à cette technique.

Pour la première fois en Alsace, une patiente est enceinte suite à une auto-greffe de tissu ovarien.
Pour la première fois en Alsace, une patiente est enceinte suite à une auto-greffe de tissu ovarien. © Maxppp - Vanessa Meyer Wirckel

Strasbourg, France

C'est une première en Alsace. Une jeune femme est enceinte après un cancer, grâce à une greffe de son propre tissu ovarien, annoncent les hôpitaux universitaires de Strasbourg. 

En 2013, la jeune femme, Laura, alors âgée de 28 ans, apprend qu'elle est atteinte d'un cancer (lymphome T). Les traitements nécessaires risquent de compromettre ses futures chances de grossesse. En lien avec le centre d'assistance médicale à la procréation situé au CMCO de Schiltigheim, elle choisit la préservation de tissu ovarien pour conserver des chances d'avoir un enfant une fois guérie. 

Cent naissances en France grâce à cette technique

En rémission totale depuis 2014, la patiente bénéficie d'une autogreffe le 15 mai 2017, à partir de tissus ovariens conservés depuis quatre ans. La cryoconservation de tissu ovarien consiste à conditionner en petits fragments le cortex ovarien pour le conserver à des températures de froid extrêmes dans de l’azote liquide. Un an plus tard, la jeune femme a retrouvé ses fonctionnalités ovariennes et annonce sa grossesse.

On estime, à ce jour, à 100 environ le nombre de naissances qui sont issues de cette technique dans le monde.

Le CMCO a permis à Laura de tomber enceinte après son traitement

Non, les femmes ne doivent pas renoncer à tomber enceinte après un traitement lourd, assure le Dr Pirrello

Le Dr Olivier Pirrello, gynécologue : les prélèvements et les autogreffes sont réalisés par toute une équipe de biologistes, oncologues, pédiatres