Santé – Sciences

Alzheimer, une maladie difficile à vivre, aussi, pour les aidants

Par Nathalie Doménégo, France Bleu Paris Région lundi 21 septembre 2015 à 16:49

Olof et son épouse Elsa, qui joue du piano pour lutter contre alzheimer.
Olof et son épouse Elsa, qui joue du piano pour lutter contre alzheimer. - Nathalie Doménégo

La Journée mondiale de lutte contre la maladie d'Alzheimer, c'est l'occasion de parler d'une maladie encore tabou. Cette maladie de la mémoire touche directement ou indirectement trois millions de personnes en France.

Trois millions de personnes en France doivent faire face aujourd'hui à cette maladie, de deux manières bien distinctes : que l'on soit du côté des "aidés", il s'agit des personnes malades, ou du côté des "aidants" : un membre de l'entourage proche et  qui s'occupe du malade au quotidien.

 Auparavant livrés à eux-mêmes, ces aidants sont de plus en plus pris en compte, dans le processus de soin, car ils jouent un rôle important dans le retardement de la maladie. Reportage de Nathalie Doménégo à la Fondation Sainte Marie, dans le 14è arrondissement de Paris.

Les aidants, de plus en plus pris en compte, dans le protocole des soins

La fondation hospitalière Saint Joseph dans le 14è arrondissement de Paris - Aucun(e)
La fondation hospitalière Saint Joseph dans le 14è arrondissement de Paris

La journée mondiale de lutte contre la Alzheimer, le 21 septembre, existe depuis plus de 20 ans. Elle permet de parler de cette maladie au grand public, et de la rendre de moins en moins tabou. Cela fait 8 ans que la Elsa, la femme d'Olof, a été diagnostiquée. Au fur et à mesure des années, Olof a vu l'impact que cette pathologie pouvait avoir auprès de son entourage.

Olof Edström, aidant, auprès de son épouse Elsa

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la maladie d'Alzheimer n'est pas seulement une affaire de "vieux", comme le dit Sophie de Heaulme. Elle reçoit régulièrement des couples dans son bureau.

Sophie de Heaulme, psychologue clinicienne