Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Amandes des noyaux d'abricots : attention au risque d'intoxication au cyanure

lundi 30 juillet 2018 à 11:54 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Les amandes qui se trouvent à l'intérieur des noyaux d'abricots, souvent utilisées en cuisine, présentent un risque d'intoxication au cyanure, a prévenu l'Agence de sécurité sanitaire dimanche. L'Anses recommande de les consommer avec modération, alors qu'elles sont de plus en plus utilisées.

Les amandes contenues dans les noyaux d'abricots sont à consommer avec modération.
Les amandes contenues dans les noyaux d'abricots sont à consommer avec modération. © AFP - Pierre Ginet -Drin/Mood4Food

Ces petites amandes servent depuis bien longtemps pour agrémenter les confitures ou les compotes. Mais depuis dimanche, l'Anses, l'Agence de sécurité sanitaire, appelle à la prudence, alors que ces amandes sont de plus en plus consommées. Les amandes renfermés par les noyaux d'abricot sont en effet à consommer avec modération, en raison du "risque d'intoxication au cyanure", recommande l'Anses.

154 cas d'intoxications en cinq ans 

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation a relayé les recommandations de son homologue européenne : "environ une à trois amandes pour les adultes et la moitié d'une petite amande pour les enfants" au maximum chaque jour. Elle fait état dans un rapport de 154 cas d'intoxication entre janvier 2012 et octobre 2017. Deux d'entre eux illustrent particulièrement le danger : une femme de 54 ans qui, "après avoir consommé 50 amandes en une journée", a été hospitalisée en hypotension, et un homme de 87 ans qui en avait mangé 40, et qui a fait "un malaise cardiaque".

Dans les autres cas ont été rapportés de nombreux symptômes : vertiges, sensation de malaise, maux de tête, troubles digestifs, palpitations, gêne respiratoire. 

De prétendues vertus anti-cancer 

"Ingrédient bien connu des confectionneurs de confitures, les amandes de noyaux d'abricot sont de plus en plus consommées comme remède naturel pour de prétendues propriétés 'anti-cancer'", a constaté l'Anses dans un communiqué. "Il n'existe aucune preuve scientifique" laissant penser que ce fruit à coque prévient ou guérit la maladie, a-t-elle souligné.

Pourtant, il "suscite un engouement que l'on mesure sur internet où des sites encouragent leur consommation en grande quantité, pouvant aller de 10 amandes par jour en prévention à 60 amandes pour les personnes atteintes d'un cancer", a déploré l'Agence. 

Mais que les amateurs se rassurent : "la consommation de ces amandes dans un but d'agrément alimentaire reste possible", tant qu'on est raisonnable.