Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Amiante : déjà près de 100 nouveaux dossiers de victimes cette année dans la Manche

lundi 31 décembre 2018 à 4:06 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Cotentin et France Bleu

Depuis le début de l'année, l'association de défense des victimes de l'amiante a déjà reçu 92 nouveaux dossiers d'anciens travailleurs malades ou de leurs proches, lorsque ces derniers sont décédés.

Déjà en 2015, les victimes de l'amiante réclamaient plus de moyens pour traiter les dossiers en justice
Déjà en 2015, les victimes de l'amiante réclamaient plus de moyens pour traiter les dossiers en justice © Maxppp - Christophe Morin

Manche, France

"On s'attend à avoir autant de nouveaux dossiers que l'an dernier, ça reste stable d'une année à l'autre" : voilà le constat fait par Noël Loir, vice-président de l'association de défense des victimes de l'amiante dans la Manche.  Depuis le 1er janvier, 92 dossiers ont déjà été déposés, dont deux concernant des personnes dont le décès est directement lié à l'amiante. Les autres concernent en majorité la reconnaissance de maladie professionnelle suite à une exposition à l'amiante.

"Avant, il y avait dans certaines entreprises un suivi médical permettant de déceler les maladies au départ, mais vingt ans après ce n'est plus le cas, explique Noël Loir. _Ceux qui déposent des dossiers aujourd'hui ont des maladies très graves, comme des mésothéliomes, avec une espérance de vie très restreinte_".

Ces dernières années, ce sont notamment des anciens sous-traitants ayant travaillé sur des sites contaminés à l'amiante qui commencent à se manifester auprès de l'association.

Noël Loir, vice-président de l'association de défense des victimes de l'amiante dans la Manche

Des recours en justice qui s'allongent

Mercredi dernier, neuf dossiers ont été jugés au tribunal des affaires de la sécurité sociale de Coutances. Cinq des personnes concernées sont décédées, ce sont donc leurs proches qui réclamaient des indemnisations. Pour la plupart, la procédure judiciaire a démarré il y a plusieurs années pour faire reconnaître une "faute inexcusable de l'employeur". "On a de plus en plus de dossiers qui mettent trois ans à passer car la justice est débordée", indique Françoise Leclerc, secrétaire de l'association.

Les entreprises accusées d'avoir laissé leurs salariés travailler au contact de l'amiante sans précautions tentent aussi parfois de renvoyer l'affaire, dans l'espoir de payer des indemnisations plus faibles aux victimes. En 2018, les 45 dossiers jugés au tribunal des affaires de sécurité sociale ont ainsi tous été renvoyés devant la cour d'appel.