Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Annie Okrzesik : "Les patients lancent sans arrêt des appels au secours"

-
Par , France Bleu Bourgogne

C'est une maladie qui toucherait des milliers de personnes en France : la maladie de Lyme est une maladie infectieuse qui se transmet par une piqûre de tique. Une maladie prise au sérieux par les autorités qui ont lancé en septembre dernier un plan national pour "améliorer" le diagnostic.

Annie Okrzesik, la responsable de la section Bourgogne de l'association France Lyme
Annie Okrzesik, la responsable de la section Bourgogne de l'association France Lyme -

Bourgogne, France

L'invité de France Bleu Bourgogne ce lundi 26 décembre était Annie Okrzesik, la présidente de l'association France Lyme en Bourgogne. Elle aussi souffre de la maladie de Lyme, qui lui a été diagnostiquée en 2010, assez tardivement. Et pour elle, les patients atteints ne sont pas assez bien pris en charge par les médecins.

"Je récupère chaque jour en Bourgogne des malades qui vont de médecins en médecins, qui sont totalement en déshérence et qui ne peuvent pas être diagnostiqués. Les médecins ne sont pas formés à cette maladie, on les forme sur un quart d'heure pendant leur cursus donc ils ne savent pas."

Les membres de l'association France Lyme en Bourgogne attendent beaucoup du plan qui a été lancé en septembre dernier par le gouvernement. Ils le suivent de près et cherchent à mettre la pression sur le ministère. "Même si le plan est une première réponse aux malades, nous payons nos antibiotiques de notre poche et ça, c'est anormal", explique Annie Okrzesik.

Choix de la station

France Bleu