Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Appel à la grève des soignants dans le Gard

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Plusieurs syndicats hospitaliers et collectifs de soignants, notamment la CGT et Sud, appellent à une journée de mobilisation et de grève nationale ce jeudi 15 octobre.

Syndicat CGT du Chu de Nîmes
Syndicat CGT du Chu de Nîmes © Radio France - Natacha Kadur

Ils réclament notamment des embauches massives, l'ouverture de lits dans les hôpitaux et une revalorisation des salaires. Plusieurs syndicats et collectifs de soignants, dont la CGT et Sud, appellent à une "journée de mobilisation et de grève nationale" ce jeudi 15 octobre. 

Pour ces syndicats, les accords du Ségur de la santé, signés en juillet dernier par FO, CFDT, Unsa, sont largement insuffisants. Le Ségur prévoit entre autres une hausse de salaires de 183 euros net pour les agents hospitaliers, les syndicats demandent une revalorisation à hauteur de 300 euros.

Pas de rassemblement à Nîmes 

À Nîmes, aucun rassemblement n'est prévu. "D'abord parce qu'il y a une montée du risque épidémique et qu'en tant qu'hospitaliers on ne veut pas prendre ce risque", souligne Maria Do Fundo, trésorière de la section CGT du CHU de Nîmes. En revanche, les soignants grévistes peuvent porter un brassard par exemple. 

Quant à la population qui voudrait soutenir le personnel hospitalier, la CGT l'incite à s'habiller en blanc jeudi, "ou à mettre un tissu blanc à son balcon ou dans sa voiture, un peu à la manière des gilets jaunes". Une action "pour marquer le coup" et qui "n'est qu'un début" annonce la syndicaliste. 

Alors que la deuxième vague se profile, Edouard Gloannec, le secrétaire du syndicat Sud Santé Gard-Lozère, se dit très inquiet. "Ce n'est pas normal qu'après la crise du manque de masques à l'hôpital, aujourd'hui on nous dise qu'on manque de gants pour effectuer les soins, dénonce-t-il. Le monde d'après ressemble tristement au monde d'avant, tant dans sa façon de manager que dans le manque de moyens pour l'hôpital public."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess