Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Après les accusations de violences gynécologiques, les professionnels lancent un label "maternité bienveillante"

-
Par , France Bleu

Le Collège national des gynécologues a présenté, jeudi, un label qui va être décerné aux maternités "bienveillantes" avec les femmes et qui acceptent la transparence sur leurs pratiques. Une façon de répondre aux accusations de violences obstétricales dont certaines femmes ont été victimes.

Les maternités qui s'engagent à être bienveillantes avec les femmes pourront être labellisées.
Les maternités qui s'engagent à être bienveillantes avec les femmes pourront être labellisées. © AFP - Jessica Bordeau

Épisiotomie sans consentement, remarques sur le poids, la sexualité ou le désir d'enfant, douleur niée, actes violents... de nombreuses femmes avaient témoigné sur France Bleu des violences gynécologiques et obstétricales qu'elles avaient subies, suite à un rapport du Haut conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes en juin 2018. Cette enquête appelait à une "prise de conscience sur les violences obstétricales et gynécologiques"

Pour répondre à ces accusations et améliorer la prise en charge des patientes, le collège national des gynécologues et obstétriciens français a présenté, jeudi, un nouveau label : il sera attribué aux maternités "qui s'engagent à mettre la bienveillance au centre" de leurs activités et "qui acceptent la transparence" sur leurs pratiques.

Accouchement démédicalisé, transparence sur les taux d'épisiotomie et de césarienne

Les maternités labellisées s'engagent à respecter douze critères tels que la possibilité pour les patientes de "vivre un accouchement démédicalisé" s'il n'y a pas de facteur de risque, l'amélioration de l'information des femmes enceintes ou la transparence sur leurs taux d'épisiotomie, d'accouchements déclenchés et de césariennes, a expliqué le président du CNGOF, Israël Nisand, pendant une conférence de presse.

Une soixantaine d'établissements ont demandé à en bénéficier et une dizaine sont déjà labellisés de façon provisoire, sur la base de leurs statistiques d'activité actuelles et de leur engagement à respecter cette démarche de "bientraitance". 

L'avis des femmes pris en compte pour accorder le label 

L'évaluation du respect de ces critères sera en partie confiée "aux femmes elles-mêmes", avec un questionnaire "trois jours, puis trois mois après leur accouchement", souligne le Collège des gynécologues. "Chaque établissement labellisé disposera d'un précieux baromètre de qualité", ajoute le Collège. 

Le respect des critères sera ensuite vérifié tous les ans pour prolonger ou retirer le label. Les avis des femmes seront recueillis sur une plateforme internet dédiée. Cette plateforme servira également de support pour recueillir la satisfaction des femmes sur leur suivi de grossesse et le déroulement de leur accouchement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu